Castaner sur Irma : "voir certains se repaître du malheur des gens est misérable"

, modifié à
  • A
  • A
© THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :
Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a fustigé lundi sur Europe 1 la récupération de certains responsables politiques, qui critiquent la gestion des ouragans dans les Antilles.
INTERVIEW

L'État a-t-il failli dans la gestion des ouragans Irma et José qui ont frappé les Antilles ces derniers jours ? Pour Christophe Castaner, cette polémique est née, avant tout, de la volonté de certains responsables politiques de récupérer le drame à leur profit. "Voir certains se repaître du malheur des gens est misérable", a-t-il lancé lundi, sur Europe 1, après avoir notamment mentionné les sorties d'Eric Ciotti.

"Dans l'action". Le député LR des Alpes-Maritimes avait en effet estimé que l'exécutif aurait dû "pré-positionner des forces, des unités de sécurité civile, pour protéger les populations", alors que "le cyclone était déjà passé aux États-Unis". Il avait en réalité confondu Irma et une autre catastrophe climatique, Harvey, qui avait touché le Texas quelques semaines auparavant. "Nous, nous ne sommes pas des commentateurs, nous sommes dans l'action", tranche Christophe Castaner.

Pré-positionnement. Le porte-parole du gouvernement défend également l'action de l'exécutif sur cette question de pré-positionnement des forces. "Quatre jours avant l'ouragan, nous avions mobilisé 120 sapeur-pompiers et militaires", explique-t-il. "Il fallait faire en sorte de pré-disposer nos moyens non pas sur place, mais à proximité, en Guadeloupe." Le tout afin, selon lui, d'éviter que les secours ne se retrouvent eux-mêmes fragilisés par l'ouragan.

Pont aérien. Christophe Castaner souligne que "la priorité", à savoir "évacuer les personnes vulnérables" le plus vite possible, avait bien été respectée. "La première chose qui a été faite, c'est l'évacuation de 247 personnes vers les urgences, cela a été fait immédiatement. Je ne vais pas dire que tout va bien, car ce n'est pas le cas, mais la France a une capacité d'intervention extrêmement rapide. On a immédiatement fait un pont aérien."

Armée affaiblie. La France dispose-t-elle de moins de moyens militaires dans les Antilles ? Christophe Castaner ne s'aventure pas à nier. "L'armée, depuis Jacques Chirac, a perdu 100.000 hommes. Oui, elle a été affaiblie ces dernières années, a été désorganisée", reconnaît-il, tout en rejetant la responsabilité sur les gouvernements précédents. "Il y a eu un affaiblissement de nos services publics de sécurité, il nous faut corriger cela, nous le faisons." Une allusion à l'augmentation promise du budget des armées dès 2018.

 

Europe 1
Par M.B.