Une nouvelle profanation dans un cimetière près d'Arras

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Des inscriptions nazies et des croix gammées ont été peintes sur une cinquantaine de tombes du carré musulman d'un cimetière militaire situé près d'Arras, dans le Pas-de-Calais. C'est la 2e profanation en moins d'un mois dans la région. Un homme d'une trentaine d'années a été mis en examen et écroué jeudi soir dans l'enquête sur la profanation d'une cinquantaine de tombes juives dans un cimetière du sud de Lille dans la nuit du 31 mars au 1er avril derniers. Il a reconnu les faits.

A priori, les deux profanations n'ont pas de relation mais elles provoquent colère et émotion. 50 tombes du carré musulman du cimetière militaire de Notre-Dame de Lorette, à Ablain Saint-Nazaire, ont été profanées jeudi. Des inscriptions nazies, des croix gammées et des croix celtiques en rouge et noir ont été peintes sur les sépultures de ce qui constitue l'un des plus importants cimetières militaires de la Première Guerre mondiale. Aucune tombe n'a été détruite. Le président Jacques Chirac a demandé au ministère de l'Intérieur de faire "toute la lumière sur cet acte odieux". "Ce geste inqualifiable blesse les consciences, insulte la mémoire et déshonore ses auteurs. Cette profanation est d'autant plus choquante qu'elle touche les tombes de combattants qui ont donné leur vie pour la France." Le Premier ministre, Dominique de Villepin, a réaffirmé pour sa part "la détermination sans faille du gouvernement à appréhender les auteurs de tels actes, à lutter sans relâche contre toutes les formes de rejet et de discrimination". Le ministre délégué aux Anciens combattants, Hamlaoui Mekachera a condamné "une atteinte à l'honneur de la France et à l'honneur du monde combattant". "Le caractère raciste de cet événement est inadmissible et contraire aux valeurs les plus essentielles de la France", a jugé cet ancien officier d'infanterie, qui préside par ailleurs le Conseil national des Français musulmans. Dans un communiqué, Ségolène Royal, candidate du Parti socialiste à l'élection présidentielle, a condamné "avec la plus grande fermeté" ces "actes inqualifiables" qui "attentent à la mémoire et au respect dus à tous ceux qui ont participé aux combats de la Première Guerre mondiale". Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman, a fait part de sa "consternation" et de sa "profonde indignation". "Cet acte lâche et abject visant à souiller la mémoire des soldats musulmans morts pour la France sur les champs de batailles de la Première Guerre mondiale est aussi une attaque contre les valeurs de notre République, une et indivisible". Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) a dénoncé un "acte révoltant et répugnant". La découverte de ces inscriptions à Ablain Saint-Nazaire, jeudi matin, fait suite à une autre profanation, d'une cinquantaine de tombes juives dans un cimetière de Lille, au début du mois. Un homme d'une trentaine d'années a été arrêté dans le cadre de l'enquête sur cette dégradation de stèles. Il a reconnu les faits. Expliquant avoir agi sous l'emprise de l'alcool, il a dit qu'un membre de sa famille était enterré depuis peu dans ce cimetière. Connu pour son alcoolisme, il avait été condamné à deux reprises. L'homme a été mis en examen et écroué jeudi soir. Il encourt cinq ans de prison. L'organisation SOS Racisme a jugé que ces profanations étaient le fait "d'individus racistes galvanisés par les discours de haine de certains candidats" à l'élection présidentielle et a critiqué "la multiplication de propos xénophobes et stigmatisants" tout au long de la campagne.

Europe 1
Par Administrator User