UE : volonté de parvenir à un accord

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le Conseil européen s'est ouvert jeudi à Bruxelles. Les 27 sont réunis pendant deux jours avec pour objectif un accord sur un traité censé remplacer la défunte Constitution européenne. Tous les participants ont affiché jeudi leur volonté de conclure un accord, a dit la chancelière allemande Angela Merkel, qui préside pour l'instant l'UE. Toutefois, elle a souligné qu'il n'y avait "pas de résultat à annoncer".

Les Vingt-Sept reconnaissent qu'il est temps de sortir de l'état de stupeur qui a saisi l'Union européenne en 2005, lorsque la France et les Pays-Bas, deux pays fondateurs, ont enterré le projet de Constitution européenne par référendum. Les discussions sur le traité simplifié sur les institutions européennes "bougent" mais ce n'est pas encore suffisant, a estimé jeudi soir Nicolas Sarkozy au premier jour du Conseil européen. "La totalité des 27 sont d'accord sur le traité simplifié", a déclaré le président français. "C'est un point qui fait consensus". Nicolas Sarkozy a précisé que les Etats-membres de l'Union étaient d'accord pour ne pas rouvrir le "paquet institutionnel", "à l'exception de la Pologne". Il a d'autre part jugé possible de trouver une "solution de consensus" avec les Britanniques. La chancelière allemande partage le même point de vue que Nicolas Sarkozy. Les participants "ont présenté leurs préoccupations, mais ils ont dit malgré tout qu'ils voulaient parvenir à un accord", a-t-elle déclaré. "Est-ce possible? On ne peut pas le dire ce soir". "La volonté est présente, personne n'a dit 'je ne veux pas conclure demain'", a-t-elle ajouté. Toutefois, il n'y pas encore de résultat à annoncer, comme elle l'a souligné. Angela Merkel a annoncé que la présidence allemande travaillerait toute la nuit à une proposition de compromis qui sera présentée à l'heure du déjeuner après des réunions bilatérales entre elle-même et les autres dirigeants européens.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr