Serrault, Bergman et Antonioni : la triste semaine du cinéma

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Après Michel Serrault et Ingmar Bergman lundi, le cinéma a perdu un autre de ses grands noms mardi : le réalisateur italien Michelangelo Antonioni, décédé à l'âge de 94 ans à son domicile en Italie. Il avait notamment décroché la Palme d'or à Cannes en 1967 pour "Blow up" et un Oscar à Hollywood pour l'ensemble de sa carrière.

Il avait accompagné les plus grands : Marcel Carné en tant qu'assistant sur le tournage de "Les visiteurs du soir" ou Roberto Rossellini comme co-scénariste pour "Le retour d'un pilote", avant de se passer seul derrière la caméra pour une carrière d'une soixantaine d'années. Le cinéaste Michelangelo Antonioni est mort à l'âge de 94 ans, à son domicile. Depuis quelques années, et une attaque cérébrale en 1985, il était très diminué mais sa carrière est riche d'une vingtaine de films primés dans les plus prestigieux festivals. Pêle-mêle, il a décroché un Lion d'or à Venise en 1964 pour "Désert rouge", la Palme d'or au festival de Cannes en 1967 pour "Blow up" et le Prix spécial du jury à Cannes pour "Identification d'une femme" en 1982. En 1995, il a même reçu un Oscar à Hollywood pour l'ensemble de sa carrière. Michelangelo Antonioni est l'auteur de films pas toujours faciles d'accès, avec des plans longs mais qui plongent au coeur même des relations humaines. L'histoire du cinéma retiendra peut-être sa trilogie composée de "L'Avventura" en 1960, "La notte" (La nuit, 1961) et "L'eclisse" (L'éclipse, 1962), interprétée par Monica Vitti, son actrice fétiche et sa muse pendant une dizaine d'années. En 2004, Antonioni avait tourné une dernière fois "Le périlleux enchaînement des choses", coréalisé avec Wong Kar-Wai et Steven Soderbergh. Le cinéaste grec Théo Angelopoulos a rendu hommage à Antonioni qui avait "atteint la plénitude dans sa vie et dans son ¿uvre". Il avait vu treize fois le film "L'Avventura". Gilles Jacob, le président du festival de Cannes a lui célébré un "alchimiste de l'intime, arpenteur du cinéma contemporain et aquarelliste du coeur". Christine Albanel a établi un lien entre la disparition d'Antonioni et d'Ingmar Bergman. Selon la ministre de la Culture, ils étaient liés par une "affinité (allant) au-delà de leur stature, qui est celle des grands maîtres". Le maire de Rome a mis en place une chapelle ardente pour que les Italiens et les touristes de passage puissent venir se recueillir. Les obsèques de Michelangelo Antonioni devraient être célébrées jeudi dans le Nord de l'Italie, à Ferrare, la ville natale du réalisateur.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr