Parisot critique la prise de position de Thibault (E1)

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Le présidente du Medef a critiqué la position du secrétaire général de la CGT, qui a pris partie pour un candidat à l'Elysée. Laurence Parisot a assuré que "ce qu'une organisation syndicale doit faire dans une campagne présidentielle, c'est participer au débat. En revanche s'engager clairement, comme le fait Bernard Thibault (le secrétaire général de la CGT, ndlr) c'est rompre avec une tradition qui semblait bien installée et respectueuse de la démocratie politique. Mais c'est surtout à mes yeux perdre de la force, de la légitimité et de la crédibilité".

"Qu'est-ce que ça veut dire quand une organisation prend partie, s'allie clairement avec un candidat comme Bernard Thibault le fait avec Jean-Luc Mélenchon ? Si ce candidat devient plus tard ministre, quelle sera la relation et le degré d'indépendance dans cette relation s'il y a eu une prise de partie aussi claire dans la campagne ?", s'est-elle interrogée.

La présidente du Medef a fustigé le programme économique de Jean-Luc Mélenchon, estimant que le candidat du Front de gauche était plus "l'héritier d'une forme de Terreur" que celui "des plus belles valeurs de la Révolution". "Le programme de Jean-Luc Mélenchon installerait une modalité de contrôle de l'économie comme on n'en a jamais vue", a-t-elle assuré.