Mariage gay : Arcangues veut avancer à son rythme

  • A
  • A
Partagez sur :

Le maire du village basque d'Arcangues, qui, soutenu par ses adjoints, refuse de marier un couple d'homosexuels, a annoncé vendredi qu'il allait bientôt se réunir avec l'exécutif municipal pour "reconsidérer sa position", même s'il refuse de céder à un "tribunal médiatique". Dans un communiqué lu à l'AFP, le maire (Divers droite) Jean-Michel Colo, 60 ans, a indiqué qu'après une réunion jeudi soir avec ses six adjoints, l'exécutif municipal d'Arcangues a décidé de "s'accorder un temps de réflexion afin de ne pas céder au tribunal médiatique".

"Les adjoints m'ont renouvelé leur confiance et leur solidarité dans le refus de célébrer des mariages gay. Les élus, à l'unanimité, ne céderont pas au tribunal médiatique qui pré-annonce leur décision avant même qu'ils ne se soient réunis", a-t-il indiqué à l'AFP, précisant avoir averti le préfet des Pyrénées-Atlantiques de sa décision. "L'exécutif municipal a donc décidé de se retrouver prochainement pour reconsidérer sa position, souhaitant avancer à son rythme", a-t-il ajouté.

Les deux hommes concernés, Guy Martineau-Sepel et Jean-Michel Martin, ont exprimé vendredi leur impatience: "Le temps de la réflexion pour M. Colo et ses adjoints est passé. Ils jouent avec nos nerfs. Nous sommes meurtris et il n'y a pas que nous, si l'on en croit les appels que nous recevons", a déclaré M. Martineau. "Soit ils disent oui, soit ils disent non. Il n'y a pas à attendre. Nous allons déposer notre dossier à l'état civil à la mairie", a ajouté M. Martineau.

>>> A lire aussi : Que faire si un maire refuse