Les scandales de corruption étêtent Siemens

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les scandales de corruption en série au sein du groupe industriel Siemens ont frappé au plus haut niveau avec la démission du président du conseil de surveillance Heinrich von Pierer, ex-patron de l'entreprise et capitaine d'industrie historique de l'Allemagne.

Le groupe Siemens est ébranlé par des affaires de pots-de-vin versés pour décrocher de gros contrats de télécommunications à l'étranger. Le montant évoqué est de 400 millions d'euros. Une autre affaire porte cette fois sur une tentative présumée de soudoyer un petit syndicat. Ce scandale a même entraîné l'incarcération durant une semaine d'un membre du directoire. Désormais, c'est le patron de l'entreprise, Heinrich von Pierer, qui va quitter ses fonctions. Sa démission prendra effet le 25 avril lors de la prochaine réunion du conseil de surveillance. Il devrait être remplacé par Gerhard Cromme, ancien patron du sidérurgiste allemand ThyssenKrupp et considéré comme un spécialiste des questions d'éthique. Heinrich von Pierer a reçu des messages de soutien d'Angela Merkel, la chancelière allemande dont il est un des conseillers, et de Josef Ackermann, le patron de la première banque allemande Deutsche Bank. Von Pierer fut le patron exécutif du groupe de 1992 à 2005. Il est devenu depuis chef de l'organe de contrôle. Ce conservateur était considéré comme l'un des patrons les plus influents d'Allemagne, écouté aussi bien de la conservatrice Angela Merkel que du précédent chancelier, le social-démocrate Gerhard Schröder. Ses déclarations en matière de politique économique étaient toujours largement relayées par les médias. Il avait même été pressenti en 2004 pour la présidence de la République allemande.

Europe 1
Par Administrator User