Huchon : le Stif "n'a eu d'autre choix"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Le Stif "n'a eu d'autre choix" que d'attribuer un marché à un prestataire disposant d'une plate-forme téléphonique au Maroc en raison du code des Marchés publics, au risque de supprimer 80 emplois en France, a écrit son président Jean-Paul Huchon (PS) au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

"Le Stif n'a eu d'autre choix que d'attribuer le marché à une entreprise dont le centre de traitement et d'appels est situé au Maroc, évidemment moins disante que sa concurrente dont le centre de gestion est implanté sur le territoire français", souligne dans un courrier daté du 11 juillet le président du Stif et de la région d'Ile-de-France.

Invité d'Europe 1 vendredi matin, Arnaud Montebourg a rappelé à l'ordre le président du conseil régional d'Ile-de-France sur la décision de la région de délocaliser un centre d'appels au Maroc.