Hirsch préfère "un coup de pouce" au RSA

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Martin Hirsch, créateur du RSA, plaide mardi pour "un coup de pouce" au Revenu de solidarité active plutôt qu'au Smic, faisant valoir que "cela permettrait de mieux cibler les bas salaires sans dégrader les comptes de l'Etat".

Constatant dans Les Echos qu'"il existe incontestablement un problème de pouvoir d'achat des salariés les plus modestes", Martin Hirsch se demande si l'augmentation du Smic, promise par le président François Hollande, est "la méthode la plus efficace".

Selon l'ancien Haut commissaire aux Solidarités actives, un coup de pouce sur le Smic présente trois inconvénients: il "surenchérit le coût du travail des personnes les moins qualifiées, celles qui sont le plus menacées par le chômage", il a "des conséquences sur les dépenses publiques par ses répercussions sur les allègements de charges" pour les salaires entre 1 et 1,6 Smic, et il a "des effets très dilués": "1% d'augmentation, c'est 10 euros par mois pour un salarié à plein temps, quelle que soit la composition familiale de son foyer".