Condamnée pour avoir fermé son gîte à des femmes voilées

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La propriétaire d'un gîte vosgien, qui avait refoulé une cliente et sa mère parce qu'elles portaient le voile, a été condamnée mardi à quatre mois de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel d'Epinal. Elle devra également payer des dommages et intérêts à la plaignante et à sa famille. Elle a décidé de faire appel.

Le jugement est tombé dans l'affaire opposant la propriétaire d'un gîte vosgien à des clientes à qui elle avait refusé l'accès de son établissement parce qu'elles portaient le voile. Poursuivie pour discrimination en raison de la religion, l'origine ou la race, Yvette Truchelut s'était défendue en assimilant le voile à "un instrument de soumission et d'oppression de la femme", qu'elle ne souhaitait pas voir porter dans les parties communes de son établissement. "Le voile, je le mets où je veux", lui avait répondu Horia Demiati à l'audience, précisant que la propriétaire ne lui avait "jamais parlé de partie commune".

Le tribunal correctionnel d'Epinal a condamné Yvette Truchelut à quatre mois de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende pour la seule discrimination en raison de la religion. Elle devra également verser 3.000 euros de dommages et intérêts à la plaignante, Horia Demiati et à deux membres de sa famille et 800 euros chacune à la Ligue des droits de l'homme (LDH), à la Licra et au Mrap, qui s'étaient portés partie civile.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr