Boutin : "je suis entrée en résistance" (E1)

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

La présidente du Parti chrétien-démocrate a dénoncé lundi matin sur Europe 1 la difficulté à réunir les 500 signatures nécessaires pour valider sa candidature à la présidentielle de 2012. "J'en suis à un peu plus de 150 de signatures. Mais l'Elysée et l'UMP ont tout bloqué, c'est stupéfiant", a assuré Christine Boutin. "La stratégie de l'Elysée c'est d'avoir un seul candidat comme en 2007. Mais aujourd'hui, la situation n'est pas du tout la même. Il y a un certain nombre de Français qui ne veulent pas voter pour Nicolas Sarkozy au premier tour, qui veulent montrer qu'ils ne sont pas satisfaits", a-t-elle poursuivi.

"Si je n'ai pas les 500 signatures, je n'irai pas", a convenu Christine Boutin, "mais je me battrai". "Je suis entrée en guerre et en résistance. Je suis une fille loyale, mais quand on me cherche, on me trouve. Vous allez entendre parler de la candidature de Christine Boutin", a-t-elle prévenu. "Si on veut me tuer sur le plan politique, on va voir ce qu'on va voir", a ajouté Christine Boutin, qui menace de révéler "une bombe atomique" à propos de Nicolas Sarkozy si elle n'obtient pas les signatures nécessaires. "Je ne souhaite pas que le pouvoir politique soit cadenassé", a-t-elle justifié.

"J'appelle les maires à exercer leur pouvoir pour donner leur signature. Je leur demande avec insistance de donner leur signature. Ce n'est pas le soutien des idées, c'est le soutien de la démocratie", a encore demandé Christine Boutin. "Ce n'est pas seulement mes idées que je défends, c'est la démocratie", a-t-elle ajouté.

Ecoutez Christine Boutin :