"Il y a des genres que la fiction française ne sait pas encore traiter"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Sans démentir l’indéniable succès des fictions françaises à la télévision, Philippe Bailly, président du cabinet NPA Conseil, estime qu’il reste encore des efforts en termes de production.

Les fictions françaises se portent bien, très bien même. Depuis plusieurs années, les productions made in France trustent le top des audiences télé, toutes chaines confondues. "Le CSA, qui publie tous les ans un palmarès de ce que les Français regardent comme fiction, fait le constat répété que le top du classement est monopolisé par les séries françaises. Ce n’était pas le cas il y a 10 ans", confirme Philippe Bailly, président de NPA Conseil, cabinet spécialisé dans l’économie des médias.

"Il y a encore un effort à faire pour avoir toute la palette"

L’homme met tout de même un bémol ! "Une des forces de la fiction française, c’est d’être allée au-delà de ses piliers traditionnels qu’étaient le polar et l’humour, pour aller vers du sociétal, du concernant. Mais il y a des genres qu’elle ne sait pas encore traiter, typiquement la science-fiction, fantastique", relève Philippe Bailly. "Les producteurs français se sont diversifiés, mais il y a encore un effort à faire pour avoir toute la palette", insiste-t-il.

Et son conseil, c’est de ne pas hésiter à s’appuyer sur des histoires déjà connue ou des livres déjà écrits. "Globalement, ça adire. On est dans un paysage où il y a de plus en plus d’offre.  Donc tout ce qui permet de s’appuyer sur une marque déjà construite, de raconter une histoire avant même que la série arrive à l’antenne, c’est pain bénit pour les chaînes", explique-t-il.