Hugo Clément part sur France 2 à la rencontre de ceux qui "se battent pour essayer de sauver la biodiversité"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le journaliste, qui travaille pour Konbini, va rejoindre France Télévisions à la rentrée pour y présenter une série de documentaires sur la lutte pour l'environnement.
INTERVIEW

Fin 2017, Hugo Clément quittait Quotidien et Yann Barthès pour rejoindre Konbini. Nouveau transfert à l'été 2019 pour le jeune journaliste : il rejoindra France Télévisions en septembre. Dans Le Grand journal de Philippe Vandel, il a expliqué ses nouveaux projets pour France 2, liés à la défense de l'environnement.

"À chaque fois qu'il y a une situation de crise écologique, des gens décident d'agir"

Dès la rentrée, Hugo Clément reviendra sur France 2, son premier employeur, pour incarner une série de quatre documentaires en prime time qui va s'appeler Sur le front, des épisodes consacrés au combat environnemental. "Je vais aller à la rencontre des différentes lignes de front sur la planète où des gens se battent pour essayer de sauver la biodiversité. On va me voir à l'image à la rencontre de ces personnes-là. On est toutes et tous plus ou moins conscients de l'urgence de ce qui est en train de se passer. Il y a des dizaines de manières de s'engager. La première, c'est déjà de s'informer, de savoir ce qui se passe. C'est important de montrer les gens qui font", présente le journaliste. "À chaque fois qu'il y a une situation de crise écologique, il y a des gens qui, parfois au péril de leur vie, décident d'agir. Et le but, c'est de montrer aux gens comment ils font", ajoute-t-il.

Co-réalisateur d'un reportage à Mossoul, en Irak

Mais avant de rejoindre le service public, Hugo Clément a co-réalisé un reportage à Mossoul, deuxième ville d'Irak qui avait été le siège du califat de l'État islamique pendant trois ans. Le reportage sera visible avec un casque de réalité virtuelle, pour s'immerger à 360 degrés. À l'image, le spectateur pourra observer la ville à moitié détruite après les combats et les bombardements massifs de la coalition internationale pour la libérer de Daech (acronyme arabe du groupe État islamique).

"La caméra permet de voir 100% de ce qu'on voit quand on marche quelque part. Le téléspectateur va pouvoir me suivre à Mossoul, tourner la tête, regarder derrière. C'est comme s'il était avec moi, sur place, sur le terrain." Et pour mieux visualiser le site, l'équipe d'Hugo Clément a choisi de filmer la ville à travers l’œil du club de parapente de Mossoul qui avait été mis en sommeil pendant le califat et qui renaît actuellement. "On avait envie de trouver l'espoir dans ce champ de ruines."

Pour ceux qui ne disposeraient pas de la technologie du masque immersif, un extrait du reportage sera disponible sur Facebook et Konbini.