Fusillade à Strasbourg : les "Dernières nouvelles d'Alsace" ne paraissent pas mercredi

, modifié à
  • A
  • A
© Capture DNA
Partagez sur :
Le quotidien alsacien ne paraît pas mercredi, au lendemain de l'attaque à Strasbourg, car les ouvriers qui impriment le journal n'ont pas pu accéder aux rotatives après que le quartier a été entièrement bouclé mardi soir. 

Le quotidien alsacien Les Dernières nouvelles d'Alsace ne paraît pas mercredi. Les ouvriers qui impriment le journal n'ont pas pu accéder aux rotatives en raison de la fusillade de Strasbourg mardi soir, a regretté Dominique Jung, le rédacteur en chef des DNA.

"Nos rotativistes qui prennent leur service en soirée se sont présentés vers 22 heures au point de contrôle près du siège du journal, ils ont décliné leur identité mais n'ont pas pu passer", a-t-il expliqué. Le centre-ville de Strasbourg, où sont situés les locaux du quotidien, a été complètement bouclé après l'attaque sur le Marché de Noël qui a fait trois morts et treize blessés vers 20h00. Le confinement n'a été levé que vers 2h00 du matin, trop tard pour faire imprimer le journal.

"Il aurait suffi d'une centaine de mètres et ils étaient dans nos locaux". "Nous avons pourtant proposé aux autorités de faire escorter les rotativistes un par un, de donner leurs identités, mais nous n'avons pas été entendus", a repris Dominique Jung. "Il aurait suffi d'une centaine de mètres, et ils étaient dans nos locaux". Une journaliste du quotidien, présente dans les locaux mardi soir, a fait part de son désarroi sur Twitter. "C'est surréaliste : des gens se baladent librement sous nos fenêtres en centre-ville de Strasbourg, mais par contre nos rotativistes ont été empêchés de passer".

Le journal disponible en ligne. "Les journalistes qui se sont mobilisés pour vous informer n’ont donc pu le faire que par le canal numérique, sans déclinaison sur papier", précise un communiqué publié sur le site des DNA. Les lecteurs du quotidien, qui tire à environ 150.000 exemplaires par jour en semaine, pourront toutefois lire les "DNA" en version numérique, sur le site internet du journal.