Après son arrestation, les dons pour soutenir le média de Gaspard Glanz explosent

, modifié à
  • A
  • A
Gaspard Glanz a été interpellé pendant l'acte 23 des "gilets jaunes".
Gaspard Glanz a été interpellé pendant l'acte 23 des "gilets jaunes". © Zakaria ABDELKAFI / AFP
Partagez sur :
Depuis l'arrestation controversée du reporter indépendant, les dons se multiplient pour soutenir son média Taranis News. 

L'émotion et la polémique suscitées par l'arrestation de Gaspard Glanz, lors de l'acte 23 des "gilets jaunes", ont entraîné une vague de soutien envers le journaliste indépendant. Comme l'a repéré L'Express, le montant des dons en faveur de son média Taranis News a explosé ces derniers jours sur le site de cagnotte en ligne Tipeee

Alors que le 15 avril, le compteur affichait la somme de 564 euros mensuels, les dons récurrents sont désormais passés à 5.900 euros mensuels. Une belle somme qui pourrait permettre à Gaspard Glanz de rémunérer deux salariés, comme il le propose sur le site de la cagnotte, invitant les internautes à soutenir "un média libre et indépendant".  

"Notre pays a besoin de gens tels que vous"

Sur le site, les dons sont accompagnés de nombreux commentaires publiés depuis l'arrestation du journaliste. "Ne lâchez rien. Notre pays a besoin de gens tels que vous", l'encourage un donateur. "J'espère que ce maigre soutien financier contribuera à te donner du courage et les moyens de poursuivre ton engagement : informer les citoyens", écrit une autre. 

Gaspard Glanz respectera son contrôle judiciaire

Mardi, vingt-deux sociétés de journalistes ont apporté leur "plein soutien" au reporter, "empêché de faire son travail de journaliste". Interpellé samedi lors de l'acte 23 des "gilets jaunes" pour avoir fait un doigt d'honneur après avoir été poussé par un policier, le journaliste s'est vu remettre lundi, après deux jours de garde à vue, une convocation pour être jugé le 18 octobre au tribunal de Paris. Il sera jugé pour "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique", selon son avocat Me Raphaël Kempf et le parquet de Paris. D'ici cette date, il a interdiction de paraître à Paris tous les samedis et le 1er mai, conformément aux réquisitions du parquet.

Invité mardi d'Europe 1, Gaspard Glanz a affirmé qu'il respecterait cette interdiction, contrairement à ce qu'il avait annoncé dans un premier temps. "Je préfère respecter mon contrôle judiciaire afin que mes avocats aient toutes les armes en leur main pour combattre ce qui arrive et régler ce problème définitivement", a-t-il expliqué.