Alessandra Sublet sur Mask Singer : "Je ne pensais pas qu’on pouvait encore s’amuser autant en télé"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La présentatrice a dévoilé les contours de la future émission de TF1, au cours de laquelle il faudra deviner quelle personnalité se cache sous un costume, uniquement à partir de chansons qu’elle interprétera.
INTERVIEW

Au début de l’année prochaine, TF1 dégainera son grand projet, Mask Singer, sur lequel la première chaîne mise beaucoup. L’émission fait déjà un carton en Corée du Sud, où elle a été créée, et aux Etats-Unis, où elle fait le bonheur de la Fox. Invitée lundi matin d’Europe 1, Alessandra Sublet, qui fera partie du jury de cette émission, en dit un peu plus sur cet objet télévisuel pas encore identifié. "Ce sont des artistes connus, auteurs, compositeurs, chanteurs, acteurs, romanciers, politiques, qui sont masqués sous des costumes absolument sublimes - qui représentent souvent des animaux - et vous devez deviner qui chante", explique l’animatrice. Et "il y aura tout sauf des lapins et des tortues ridicules", rassure-t-elle dans un sourire.  

"Vous commencez à faire des petits Columbo, à enquêter…

Le défi semble difficile à relever, même si tout sera fait pour tromper le téléspectateur. "Quand il vous parle, il a une voix trafiquée. Et quand ils chantent, vous ne reconnaissez pas. Quand vous chantez, vous chantez différemment de la façon dont par exemple on se parle tous les deux", explique Alessandra Sublet. "Et puis la production a bien fait les choses. Vous avez un magnéto indice juste avant que la personnalité chante et dans ce magnéto indice vous êtes censés reconnaître les gens un petit peu. Sauf qu’il y a un deuxième magnéto indice et là vous êtes complètement troublés. Cette émission est géniale", s’enthousiasme l’animatrice.

Le concept s’est en tout cas très bien exporté. Outre aux Etats-Unis et en Corée du Sud, il existe des versions chinoise, philippine, thaïlandaise ou encore allemande. "J’ai vu la version coréenne et la version américaine. Et quel que soit le pays dans lequel vous êtes, vous vous prenez au jeu", assure Alessandra Sublet. "Vous ne savez pas qui c’est et vous commencez à faire des petits Columbo, à enquêter… C’est très drôle. Je ne pensais pas qu’on pouvait encore s’amuser autant en télé."

Europe 1
Par Rémi Duchemin