L'UE condamne la "violence" en Irlande du Nord après la mort d'une journaliste

  • A
  • A
Une journaliste a été tuée dans la nuit de jeudi à vendredi par un tireur qui a pris pour cible des policiers intervenus à la suite d'émeutes à Londonderry.
Une journaliste a été tuée dans la nuit de jeudi à vendredi par un tireur qui a pris pour cible des policiers intervenus à la suite d'émeutes à Londonderry. © AFP
Partagez sur :
La Commission européenne a condamné les événements de Londonderry où une journaliste de 29 ans a été tuée par une balle.

La Commission européenne a condamné vendredi les événements de la nuit à Londonderry, en Irlande du Nord, où une journaliste a été tuée par balle, selon une déclaration d'un porte-parole.

"Nous avons vu les informations sur le terrible incident qui a eu lieu hier en Irlande du Nord qui a entraîné la mort d'une journaliste. Nous condamnons une telle violence", a réagi un porte-parole de la Commission. "Nous sommes convaincus que les autorités britanniques détermineront les circonstances exactes de cet événement tragique", a-t-il ajouté.

Une mort traitée comme "un incident terroriste" par les autorités. Une journaliste de 29 ans a été tuée par balle dans la nuit de jeudi à vendredi par un tireur qui a pris pour cible des policiers intervenus à la suite d'émeutes à Londonderry. Le décès est traité "comme un incident terroriste" par la police nord-irlandaise. Ces violences surviennent en amont du week-end de Pâques, au cours duquel les Républicains célèbrent le soulèvement survenu à travers Dublin en 1916, qui avait abouti à la la proclamation d'une république d'Irlande, le lundi de Pâques.

Flambée de violences en pleine tension sur le Brexit. En janvier, l'explosion d'une voiture piégée à Londonderry avait déjà fait craindre une nouvelle flambée de violence venant des groupes paramilitaires, en pleine tension sur le Brexit, un dossier dans lequel la frontière irlandaise constitue toujours un des principaux point d'achoppement. L'UE et le Royaume-Uni ont toujours assuré négocier pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord. Le président de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) Philippe Leruth a demandé aux autorités irlandaises "d'assurer une enquête complète" sur la mort de la journaliste. "La mort de Lyra McKee est une perte réelle pour la liberté de la presse en Europe et pour la jeune génération de journalistes", a-t-il ajouté. La FIJ souligne que c'est la première fois qu'un journaliste est tué au Royaume-Uni depuis Martin O'Hagan en 2001, abattu par des inconnus dans le sud-ouest de Belfast.