Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront "en sécurité", affirme le chef de la diplomatie

, modifié à
  • A
  • A
Cinquante fidèles ont été abattus il y a près d'une semaine dans deux mosquées de Christchurch.
Cinquante fidèles ont été abattus il y a près d'une semaine dans deux mosquées de Christchurch. © Marty MELVILLE / AFP
Partagez sur :
Une semaine après l'attaque de deux mosquées à Christchurch, le chef de la diplomatie de la Nouvelle-Zélande participait vendredi à Istanbul à une réunion de l'Organisation de la coopération islamique. 

Le chef de la diplomatie de la Nouvelle-Zélande a assuré vendredi que les musulmans seront "en sécurité" dans son pays, lors d'une réunion à Istanbul avec ses homologues du monde musulman.

"Que les gens puissent prier en paix". "Faire en sorte que les communautés musulmanes se sentent en sécurité est une priorité", a déclaré le ministre Winston Peters à l'ouverture d'une réunion de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à Istanbul convoquée après le carnage commis dans deux mosquées par un suprémaciste blanc à Christchurch. "La police assure la protection de chaque mosquée pour que les gens puissent prier en paix", a-t-il ajouté. Il a en outre invité ses pairs du monde musulmans à se rendre en Nouvelle-Zélande vendredi prochain pour participer à une "commémoration nationale" prévue pour les cinquante victimes de la tuerie. 

Les pays de l'OCI "unis contre les actes islamophobes". "Nous nous réunissons aujourd'hui pour envoyer un message fort au monde," a pour sa part déclaré le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, dont le pays assure la présidence tournante de l'OCI. Et de saluer la réaction des autorités néo-zélandaises après le massacre estimant qu'elle devrait "servir d'exemple pour les hommes politiques dans les pays ou se répand l'islamophobie". "Nous sommes ici aujourd'hui pour montrer que nous sommes unis contre les actes islamophobes dans le monde", a-t-il ajouté.

Erdogan appelle à combattre l'islamophobie comme l'antisémitisme 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, en pleine campagne pour les élections locales du 31 mars, s'est saisi de l'attaque en Nouvelle-Zélande pour dénoncer sans cesse depuis l'"islamophobie en hausse en Occident". Accusé de récupération politique, il a été durement critiqué par la Nouvelle-Zélande et par l'Australie, dont l'auteur présumé de l'attaque de Christchurch est un ressortissant. "De la même manière qu'elle a combattu l'antisémitisme après la catastrophe de l'Holocauste, l'humanité doit combattre avec la même détermination la haine de l'islam qui est en hausse", a-t-il déclaré.