Le président philippin se porte volontaire pour tester le vaccin russe

  • A
  • A
Le président philippin, Rodrigo Duterte, se porte volontaire pour tester le vaccin russe.
Le président philippin, Rodrigo Duterte, se porte volontaire pour tester le vaccin russe. © NOEL CELIS / AFP
Partagez sur :
Rodrigo Duterte veut participer aux essais cliniques du vaccin russe contre le coronavirus mis au point par la Russie. Il est prêt à "sacrifier sa vie pour le peuple philippin" selon son porte-parole. Rodrigo Duterte a affirmé sa "grande confiance" envers la Russie alors que la communauté internationale est méfiante sur l'efficacité du vaccin.

Le président philippin Rodrigo Duterte pourra-t-il être le premier à tester le vaccin russe contre le coronavirus ? Mercredi, il l'a affirmé en se portant volontaire pour servir de cobaye et se faire inoculer le nouveau vaccin russe contre le coronavirus, selon son porte-parole. Cette annonce intervient au lendemain de l'annonce par le président russe Vladimir Poutine du développement par son pays du "premier" vaccin contre le Covid-19 assurant une "immunité durable".

"Il est vieux. Il peut sacrifier sa vie pour le peuple philippin"

Le président philippin a fait part de sa "grande confiance" dans les efforts déployés par la Russie pour mettre fin à la pandémie. "Je crois que le vaccin que vous avez produit est vraiment bon pour l'humanité", a déclaré M. Duterte, tout en faisant les louanges de M. Poutine. "Je serai le premier à être testé", a-t-il affirmé lundi. Le porte-parole de M. Duterte, Harry Roque, a expliqué mercredi que le président ne plaisantait pas. "Il est vieux. Il peut sacrifier sa vie pour le peuple philippin", a souligné M. Roque.

Une équipe technique du gouvernement philippin a rencontré les responsables du Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa afin de discuter de la portée et des protocoles essais cliniques qui seront conduits aux Philippines, a déclaré la sous-secrétaire à la santé, Maria Rosario Vergeire. 

Les Philippines : deuxième pays le plus touché d'Asie du Sud-Est

Ce pays d'environ 107 millions d'habitants continue de lutter contre l'épidémie de coronavirus qui a déjà contaminé plus de 143.000 personnes et fait plus de 2.400 morts. C'est le deuxième pays le plus touché d'Asie du Sud-Est après l'Indonésie. La semaine dernière, plus de 27 millions de personnes ont reçu l'ordre de rester confinées à leur domicile, notamment à Manille et dans les régions situées près de la capitale.

 

 

Mardi, l'Organisation mondiale de la Santé a réagi prudemment à l'annonce du vaccin, rappelant que la "pré-qualification" et l'homologation d'un vaccin passaient par des procédures "rigoureuses". De nombreux scientifiques occidentaux ont également fait part de leur scepticisme quant à la rapidité avec laquelle ce vaccin aurait été mis au point. Une mise en garde qui n'a pas empêché Manille de se porter volontaire pour participer aux essais cliniques proposés par la Russie. 

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP