Le G20 s'ouvre vendredi, contesté de l'intérieur comme de l'extérieur

, modifié à
  • A
  • A
Donald Trump, arrivé sur place vendredi, souffle le chaud et le froid : il a annulé une rencontre avec Poutine tout en programmant un entretien avec le le président chinois Xi Jinping.
Donald Trump, arrivé sur place vendredi, souffle le chaud et le froid : il a annulé une rencontre avec Poutine tout en programmant un entretien avec le le président chinois Xi Jinping. © SAUL LOEB / AFP
Partagez sur :
Une grande manifestation est notamment prévue samedi à Buenos Aires, à l'appel de nombreuses ONG et associations pour cette rencontre sous tension des dirigeants des vingt plus grandes puissances.

Le sommet du G20 s'ouvre vendredi à Buenos Aires, bousculé de l'intérieur par les tensions diplomatiques et commerciales, contesté à l'extérieur par les ONG et associations qui appellent à manifester.

Risque d'affrontements ? Les chefs d'Etat et de gouvernement des vingt plus grandes puissances mondiales se retrouvent pour deux jours dans une capitale argentine sous très haute surveillance. Les autorités argentines, critiquées pour leur incapacité à contenir les débordements autour du match de football River Plate-Boca Juniors à Buenos Aires samedi dernier, ont fait savoir qu'"aucune violence" ne serait tolérée, un an après un G20 de Hambourg marqué par des affrontements.

Une grande manifestation est prévue samedi à Buenos Aires, à l'appel de nombreuses ONG et associations. Au-delà de la critique du G20 lui-même, c'est tout le ressentiment d'un pays miné par une longue crise économique, et promis à une cure d'austérité, qui devrait s'exprimer à cette occasion.

Trump, toujours imprévisible. Du ressentiment, il y en aura aussi, pour d'autres raisons, à l'intérieur du centre des congrès transformé en camp retranché où se retrouvent des leaders représentant 85% du PIB mondial. Donald Trump, bousculé chez lui par une enquête toujours plus menaçante sur l'ingérence russe avant l'élection présidentielle de 2016, s'est employé à échauffer les esprits avant même son arrivée. L'imprévisible président américain a pris tout le monde de court en annulant jeudi, via Twitter, une rencontre très attendue avec le président russe Vladimir Poutine, une heure après avoir confirmé qu'elle aurait lieu.

Il souffle aussi le chaud et le froid avant un entretien bilatéral avec le président chinois Xi Jinping, très attendu alors que l'escalade de représailles commerciales entre les deux titans pèse déjà sur la croissance mondiale.

"Les fractures reparaissent", juge Macron. Face à cet activisme d'un président américain qui dédaigne les usages diplomatiques, l'enjeu de ce sommet du G20 sera de rester fidèle au credo du multilatéralisme qui avait présidé à sa toute première édition en 2008, sur fond de panique financière. "Autour de la table du G20, les doutes sont là, les formes d'agressivité ressortent, les fractures reparaissent", a dit jeudi soir le président français Emmanuel Macron. "Beaucoup voudraient faire croire qu'on résoudrait mieux nos difficultés en étant belliqueux, isolationnistes et en refermant nos frontières", a-t-il poursuivi. Sans nommer son homologue américain, avec lequel les relations, très cordiales au début, se sont nettement rafraîchies.

Dans un contexte de montée du protectionnisme, la signature officielle prévue vendredi d'un nouvel accord commercial entre Etats-Unis, Canada et Mexique, fera presque figure d'anomalie. Reste à savoir si les leaders du G20 parviendront eux mêmes à parapher, à l'issue de leurs débats samedi, un communiqué final reflétant un consensus même minime sur quelques grands défis internationaux. La rédaction de ce texte à la portée surtout symbolique bute en particulier sur la question du libre-échange, et sur le sujet du changement climatique. Entre une photo de famille et une réunion de travail, les participants du G20 multiplieront aussi les rencontres en tête-à-tête, ou en petit comité.