La Chine rend hommage à son "ami" Robert Mugabe

, modifié à
  • A
  • A
La Chine compte poursuivre son partenariat avec le Zimbabwe
La Chine compte poursuivre son partenariat avec le Zimbabwe © Odd ANDERSEN / AFP
Partagez sur :
La Chine a annoncé mercredi qu'elle respectait la décision de Robert Mugabe de démissionner et qu'il restait "un bon ami du peuple chinois".

La Chine, important partenaire économique du Zimbabwe, a rendu hommage mercredi à son "ami" Robert Mugabe, au lendemain de la démission du doyen des chefs d'État de la planète, tout en promettant de poursuivre sa coopération avec le pays africain.

"Un bon ami du peuple chinois". Le président zimbabwéen a mis un point final mardi à 37 ans de règne sans partage sur le Zimbabwe en présentant sa démission sous la pression de l'armée, de son propre parti et de la rue. "La Chine respecte la décision de Robert Mugabe de démissionner", a déclaré devant la presse Lu Kang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Il reste un bon ami du peuple chinois."

Une amitié qui perdurera. "Robert Mugabe a apporté une contribution historique à l'indépendance du Zimbabwe", a souligné Lu Kang, rappelant que l'ancien président, âgé de 93 ans, s'était "fortement engagé en faveur de l'amitié entre la Chine" et son pays. Le porte-parole a assuré que Pékin était disposé à travailler avec les nouveaux dirigeants zimbabwéens.

"Notre politique d'amitié envers le Zimbabwe ne changera pas", a assuré Lu Kang, qui a promis "d'élever le niveau des relations bilatérales". "La Chine et le Zimbabwe sont liés par une amitié durable. Notre coopération concrète a apporté des bénéfices tangibles aux deux parties, particulièrement aux habitants du Zimbabwe", a-t-il dit.

Un rare partenariat avec une grande puissance. Durant son long mandat, Robert Mugabe avait cherché et obtenu le soutien économique et politique de Pékin. Et le président chinois Xi Jinping fut en 2015 un des rares chefs d'État à effectuer une visite officielle dans ce pays boudé par les leaders occidentaux qui y dénonçaient des atteintes aux droits de l'homme.