La Chine investit le consulat des Etats-Unis à Chengdu après le départ des Américains

, modifié à
  • A
  • A
© GREG BAKER / AFP
Partagez sur :
Après plusieurs jours de tension, des fonctionnaires chinois ont pénétré lundi dans l'enceinte du consulat des Etats-Unis à Chengdu peu après le départ des derniers employés de Washington, mettant fin à un épisode de sanctions mutuelles digne de la Guerre froide.

Des fonctionnaires chinois ont pénétré lundi dans l'enceinte du consulat des Etats-Unis à Chengdu peu après le départ des derniers employés de Washington, mettant fin à un épisode de sanctions mutuelles digne de la Guerre froide. Très symboliquement, la bannière étoilée des Etats-Unis avait été descendue peu auparavant à l'intérieur du complexe diplomatique, selon des images de la télévision chinoise. Contrairement aux jours précédents, les journalistes étrangers n'ont pas été autorisés par les forces de l'ordre à approcher de la représentation diplomatique.

Dans un bref communiqué, le ministère chinois des Affaires étrangères a confirmé la fermeture du consulat et indiqué que la Chine avait "pris possession" du bâtiment à 10 heures, heure locale. Un peu plus tôt, des employés ont quitté à pied l'enceinte diplomatique. Certains portaient un sac sur le dos tandis que d'autres poussaient leur vélo à la main. La veille déjà, un autocar aux vitres teintées avait quitté l'enceinte diplomatique, sous les huées d'une partie du public.

Accusations d'espionnage

Inauguré en 1985, le consulat américain de Chengdu est devenu vendredi le dernier sujet d'une longue liste de contentieux entre Pékin et Washington, lorsque la Chine a ordonné la fermeture de la mission. Cette décision a été la réponse du régime communiste à la fermeture forcée de son consulat de Houston aux Etats-Unis par l'administration Trump, sur fond d'accusations d'espionnage dignes de la Guerre froide.

Pékin avait protesté après l'entrée par la force vendredi d'agents américains après le départ des fonctionnaires chinois. Ce bâtiment est "une propriété nationale de la Chine", avait souligné le ministère chinois des Affaires étrangères, se référant au droit international.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP