Honduras : trois morts en marge d'un match de football

  • A
  • A
Environ 5 000 policiers honduriens étaient mobilisés pour maîtriser les supporters.
Environ 5 000 policiers honduriens étaient mobilisés pour maîtriser les supporters. © ORLANDO SIERRA / AFP
Partagez sur :
Lors d'un match du championnat de football du Honduras, trois joueurs d'une équipe de la capitale ont été blessés par des supporters de l'équipe adverse, samedi 17 août. Les 10 000 supporters, qui souhaitaient sortir du stade, se sont trouvés face aux 5 000 policiers, déclenchant une bousculade. Trois personnes sont décédées et quatre sont encore à l'hôpital. 

Au moins trois personnes sont mortes et sept ont été blessées samedi 17 août, dans la soirée, lors d'incidents survenus avant une rencontre du championnat de football du Honduras entre deux clubs de la capitale Tegucigalpa, qui a été suspendue, ont rapporté les services hospitaliers.

"Nous avons admis sept personnes", a déclaré à l'AFP la porte-parole de l'hôpital Escuela, "trois d'entre elles sont mortes et quatre sont toujours prises en charge".

Des supporters se sont attaqués aux joueurs 

Les incidents ont commencé lorsque trois joueurs de l'équipe de Motagua ont été blessés, selon un message du président du club sur les réseaux sociaux, par des supporters de l'Olimpia qui ont lancé des pierres et des bouteilles sur l'autobus qui transportait les joueurs vers le Stade national de Tegucigalpa.

Ces premiers heurts ont amené la direction du championnat à décider du report du match "pour préserver l'intégrité" physique des supporters et des joueurs.

Une bousculade dans un stade de 10 000 personnes 

Plus de 10 000 supporters déjà installés dans les gradins ont alors cherché à quitter le stade et se sont trouvés face à des policiers qui ont fait usage de gaz lacrymogènes, ce qui a déclenché une bousculade. Quelque 5 000 policiers avaient été déployés à l'intérieur et autour du stade, la rencontre ayant été jugée à haut risque.