Guerre commerciale : la Chine salue l'invitation américaine à négocier

  • A
  • A
La Chine a salué l'invitation à négocier des États-Unis
La Chine a salué l'invitation à négocier des États-Unis © BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Partagez sur :
La Chine et les États-Unis discutent actuellement des détails d'une possible rencontre pour entrer en négociations pour sortir de la guerre commerciale qui oppose les deux pays.

Le ministère chinois du Commerce a salué jeudi l'offre américaine de négociations pour tenter de sortir de la guerre commerciale qui oppose les deux premières économies mondiales.

Bientôt une reprise des négociations. Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a proposé mercredi au gouvernement chinois de reprendre les discussions avant une nouvelle salve de droits de douane punitifs que l'administration Trump menace d'imposer sur 200 milliards de dollars d'exportations chinoises annuelles à destination des États-Unis.

"La Chine estime que l'escalade du conflit commercial n'est dans l'intérêt d'aucune des parties", a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng. "La Chine a bien reçu une invitation [à négocier] de la part des États-Unis et s'en félicite", a-t-il ajouté, précisant que les deux parties discutent actuellement des détails d'une possible rencontre, qui pourrait avoir lieu dans l'un ou l'autre pays.

Une bataille de taxes punitives. Washington a imposé ces derniers mois des droits de douane punitifs sur des produits chinois représentant 50 milliards de dollars d'importations annuelles. Pékin a répondu immédiatement en frappant le même montant d'exportations américaines. Mais la Chine important nettement moins de produits des États-Unis qu'elle n'en exporte, Pékin ne serait pas en mesure de frapper 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires en représailles à d'éventuelles nouvelles sanctions américaines.

Déjà des ressentis économiques. Selon une étude réalisée par la Chambre de commerce américaine en Chine et publiée jeudi, 60% des entreprises américaines implantées dans le pays asiatique ont dit ressentir l'incidence des hausses de droits de douane entrées en vigueur des deux côtés du Pacifique.