Gaza : Israël affirme qu'un infirmier de MSF a ouvert le feu sur des soldats

  • A
  • A
Depuis le 30 mars, 172 Palestiniens ont été tués à la frontière de la bande de Gaza et d'Israël.
Depuis le 30 mars, 172 Palestiniens ont été tués à la frontière de la bande de Gaza et d'Israël. © AFP
Partagez sur :
Selon le ministère de la Défense israélien, Hani al-Majdalawi, un infirmier palestinien de MSF, a tenté lundi de franchir la barrière entre la bande de Gaza et Israël et a tiré sur les soldats israéliens avec un fusil. 

Les autorités israéliennes ont indiqué qu'un infirmier palestinien de Médecins Sans Frontières à Gaza avait ouvert le feu lundi sur des soldats israéliens. MSF a rapporté sa mort vendredi et dit en vérifier les circonstances. Selon le Cogat, un organisme du ministère de la Défense en charge des opérations civiles israéliennes dans les Territoires palestiniens, Hani al-Majdalawi a tenté lundi de franchir la barrière entre la bande de Gaza et Israël, tiré sur les soldats israéliens avec un fusil et lancé vers eux un engin explosif.

"Un terrorisme sans frontières" pour le Cogat. Hani al-Majdalawi travaillait comme infirmier pour MSF, a indiqué le Cogat jeudi soir dans un communiqué intitulé "Terrorisme Sans Frontières". Le Cogat ne dit rien sur son sort et l'armée israélienne n'a pas répondu aux interrogations de l'AFP à ce sujet. L'armée israélienne avait fait état de l'incident lundi, précisant qu'aucun soldat n'avait été blessé. Elle n'a pas mentionné de lien avec MSF et dit avoir riposté aux tirs. Aucune information sur le sort du Palestinien n'avait été communiquée.

"MSF cherche à comprendre les circonstances de ces faits très graves." MSF a vendredi "confirmé qu'un de ses employés, Hani Mohammed al-Majdalawi, a été tué à Gaza lundi". "MSF cherche à vérifier et comprendre les circonstances de ces faits très graves", ajoute-t-elle dans un communiqué sans plus de précision. Le Cogat dit avoir demandé à MSF "des clarifications" : "Comment un homme habilité à sauver des vies peut-il employer son salaire pour acheter une arme destinée à ôter la vie", a-t-il interrogé.

Quelque 172 Palestiniens tués dans la bande de Gaza depuis le 30 mars. Les tensions sont ravivées dans et autour de la bande de Gaza depuis le 30 mars et le lancement d'une mobilisation palestinienne appelée "grande marche du retour". Au moins 172 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, pour une grande majorité lors de manifestations et de heurts le long de la barrière, lourdement gardée par l'armée israélienne, qui sépare l'enclave palestinienne sous blocus du territoire israélien. Un soldat israélien a été tué.

"Un usage disproportionné de la force" pour MSF. Des milliers de Palestiniens blessés par les balles israéliennes ont afflué vers les hôpitaux de la bande de Gaza, proches du point de rupture. MSF a renforcé ses activités dans l'enclave où opèrent actuellement environ 200 personnes, palestiniennes et étrangères, pour l'ONG. MSF s'est montrée très critique de la réponse israélienne à la mobilisation, dénonçant  une riposte "inacceptable et inhumaine" et un "usage disproportionné de la force" le 14 mai, quand des dizaines de Gazaouis avaient été tués lors de protestations coïncidant avec l'inauguration de la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem. Israël dit ne faire que défendre son territoire contre des activités hostiles du Hamas, qui gouverne la bande de Gaza.