États-Unis : deux chaînes de fitness visées par des appels au boycott

  • A
  • A
Depuis la polémique, les désabonnements se multiplient dans les deux firmes de fitness
Depuis la polémique, les désabonnements se multiplient dans les deux firmes de fitness © Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Le journal américain "Washington Post" a déclenché la polémique en révélant que l'actionnaire majoritaire des deux firmes organisait une levée de fonds pour le locataire de la Maison-Blanche.

Deux firmes américaines haut de gamme, spécialisées dans les salles de gymnastique et de vélo en salle, ont tenté jeudi de se démarquer d'une levée de fonds censée être organisée par leur propriétaire au bénéfice de Donald Trump.

Equinox et Soul Cycle ont toutes les deux publié des communiqués affirmant qu'elles ne soutenaient pas cette collecte de fonds et que leurs bénéfices financiers n'alimentaient pas l'effort de campagne du président républicain. Les deux chaînes, connues pour avoir parmi leur clientèle des vedettes d'Hollywood et des personnalités telles que Michelle Obama, ont été immédiatement visées par des appels au boycott, diffusés sur les réseaux sociaux.

Des dons au comité de réélection 

À l'origine de la polémique, un article du Washington Post a révélé que le milliardaire et magnat de l'immobilier Stephen Ross, actionnaire majoritaire d'Equinox et de Soul Cycle, prévoyait d'accueillir vendredi à son domicile des partisans de Donald Trump pour une levée de fonds.

Pour un don de 250.000 dollars au comité de réélection de Donald Trump, les participants se voyaient offrir un déjeuner, une place à une table ronde avec le président ainsi qu'une photo. De nombreux internautes ont réagi en manifestant leur intention d'annuler leur abonnement aux chaînes de maintien en forme, comme par exemple le célèbre mannequin Chrissy Teigen. "Dure journée chez Equinox", a tweeté la mannequin star en diffusant la réponse qu’elle a reçue en demandant la résiliation de son abonnement à la salle de fitness.