Charlottesville : un homme harcelé après avoir été identifié à tort comme un néonazi

, modifié à
  • A
  • A
L'homme sur la photo n'est pas Kyle Quinn.
L'homme sur la photo n'est pas Kyle Quinn. © Capture d'écran Twitter
Partagez sur :
Un professeur d'université américain a été confondu avec un suprématiste blanc présent à Charlottesville le week-end dernier. Il a reçu de nombreuses insultes et menaces.

Après les violentes manifestations de suprémacistes blancs à Charlottesville le week-end dernier, des militants antiracistes s'étaient donnés pour mission de débusquer l'identité des participants, dans une pratique de "Name and shame" (nommer et faire honte). Un compte Twitter, nommé "Yes, you're racist", a même décidé de faire ouvertement la chasse à ces néonazis, membres du Ku Klu Klan et autres nostalgiques de la ségrégation et de l'esclavage. 

Un physique similaire et un tee-shirt qui met le doute. Si certains manifestants ont été identifiés et ont même perdu leur emploi pour certains, d'autres ont été confondus avec de parfaits innocents, rapporte le site Slate. C'est le cas de Kyle Quinn. Cet homme à la barbe rousse travaille dans un laboratoire à l'université d'Arkansas dans le centre de recherche d'ingénierie. Il a été confondu avec l'homme figurant sur la photo ci-dessous. L'homme en question porte un tee-shirt "Arkansas Engineering", ce qui a orienté les internautes apprentis enquêteurs dans la mauvaise direction.

Des insultes et des menaces malgré ses explications. À son réveil, le 13 août, Kyle Quinn découvre que son compte Twitter est assailli de notifications. Les insultes pleuvent, les menaces aussi. Il décide donc de rétablir la vérité. "L'homme qui portait un tee-shirt d’ingénierie n'est pas moi", assure-t-il, soulignant qu'il a toujours prôné la diversité au sein de son université. Pour finir de convaincre ses détracteurs, Kyle explique qu'au moment du rassemblement de Charlottesville, il se trouvait à Bentonville, dans l'Arizona, en compagnie de "membres de sa faculté et d'administrateurs de l'université". 

Si certains internautes, initialement hostiles, présentent immédiatement leurs excuses, d'autres font l'autruche, voire persistent et signent. Selon la BBC, Kyle continue à recevoir des insultes et des menaces.