Beyrouth : au moins 21 Français blessés, le parquet de Paris ouvre une enquête

, modifié à
  • A
  • A
Liban Beyrouth
Les deux explosions ont ravagé la ville de Beyrouth, ou environ 300.000 personnes se retrouvent sans-abri. © JOSEPH EID / AFP
Partagez sur :
Le parquet de Paris a ouvert mercredi une enquête sur les deux puissantes explosions qui ont dévasté Beyrouth, mardi. Au moins 21 Français ont été blessés dans ces déflagrations.

Au lendemain des deux puissantes explosions qui ont dévasté la capitale libanaise, Beyrouth, le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "des chefs de blessures involontaires", a-t-on appris mercredi après-midi. "Les investigations sont confiées à la direction générale de la gendarmerie nationale", précise le parquet.

Par ailleurs, au moins 21 Français ont été blessés dans ces explosions, qui ont tué 113 personnes et blessé 4.000 autres, selon un bilan encore provisoire communiqué par les autorités libanaises. "La fédération France Victimes est mandatée afin de porter sans délai aide et assistance à toutes les victimes françaises ainsi qu’à leurs proches", conclut le communiqué du parquet.

Le nitrate d'ammonium en cause

Sur place, l'enquête a montré que les deux déflagrations étaient dues à l'explosion d'une large quantité de nitrate d'ammonium. "Il est inadmissible qu'une cargaison de nitrate d'ammonium, estimée à 2.750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C'est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire", a dit le Premier ministre Hassane Diab.

Le nitrate d'ammonium, substance entrant dans la composition de certains engrais mais aussi d'explosifs, est un sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés. Il a causé plusieurs accidents industriels dont l'explosion de l'usine AZF à Toulouse en France en 2001 (31 morts, 8.000 blessés). Selon une source des services de sécurité, le nitrate d'ammonium avait été saisi sur un bateau il y a six ans et entreposé au hangar numéro 12 du port, "sans aucun suivi".

Macron à Beyrouth jeudi

À Beyrouth, l'état d'urgence a été décrété pendant deux semaines après la double explosion présentée comme accidentelle par les autorités. Le gouvernement cherche également à "assigner à domicile les responsables".

Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban pour "rencontrer l'ensemble des acteurs politiques". Le chef de l'État français rencontrera son homologue libanais Michel Aoun et le Premier ministre, au moment où la France a affiché sa solidarité et envoyé des personnels et matériels pour venir en aide aux autorités libanaises, a précisé l'Élysée.