Vatileaks : le pape affecté pour son majordome

  • A
  • A
Partagez sur :

Benoît XVI ressent de la peine pour son majordome qui a transmis ses documents confidentiels mais était "quelqu'un de proche et d'aimé", a relevé mardi le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, en démentant que des cardinaux aient été interrogés dans l'enquête.

 "Le pape est le témoin d'une affaire qui le touche de près. C'est une épreuve pour lui. Il ressent de la douleur, mais aussi un désir de comprendre et de faire la lumière, pour trouver la vérité", a observé le père jésuite au cours d'une conférence de presse.

Benoît XVI "avait déjà conscience de la nécessité d'une évaluation depuis un certain temps", puisqu'il avait institué une commission d'enquête à la suite des fuites répétées depuis janvier, a-t-il ajouté.

"Il ressent une douleur spécifique à l'égard de quelqu'un, Paolo Gabriele, qui était proche de lui, connu, aimé et respecté" par lui, a-t-il ajouté. Gabriele travaillait depuis 2006 dans les appartements du pape.

Le père Lombardi a démenti par ailleurs plusieurs informations circulant dans la presse italienne: que cinq cardinaux aient été interrogés, que des enveloppes portant des adresses de destinataires aient été saisies au domicile du suspect. Par ailleurs il a assuré qu'aucune autre personne n'avait été interpellée la semaine dernière.