Réfugiés syriens : Amnesty accuse l'UE

  • A
  • A
Partagez sur :

Amnesty International a accusé vendredi les pays européens de s'ériger en "forteresse" pour se protéger des réfugiés syriens, qu'ils ne sont prêts à accueillir qu'en "nombre pitoyablement bas", selon l'organisation.

"L'Union européenne a lamentablement échoué à jouer son rôle d'abri pour les réfugiés qui ont tout perdu, sauf leur vie. Le nombre de réfugiés qu'ils sont prêts à accueillir est vraiment pitoyable", a estimé le secrétaire général d'Amnesty, Salil Shetty, dans un communiqué.

"Dans l'ensemble, les dirigeants européens devraient baisser la tête de honte", a-t-il ajouté. Les membres de l'UE "ont proposé d'ouvrir leurs portes à environ 12.000 des réfugiés les plus vulnérables venus de Syrie, soit seulement 0,5% des 2,3 millions de personnes qui ont fui le pays", affirme l'organisation de défense des droits de l'Homme, dénonçant "les barricades de la forteresse Europe".

L'Allemagne est "de loin le pays le plus généreux, en s'engageant à accueillir 10.000 réfugiés, soit 80% des engagements de l'UE", tandis que la France offre 500 places, soit 0,02% du nombre total de personnes qui ont fui la Syrie.

Dix-huit pays de l'UE, dont le Royaume-Uni et l'Italie, n'ont proposé aucune place, selon Amnesty basée à Londres.