Cyclone Phailin: des villages détruits

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Des dizaines de milliers de personnes qui avaient fui avant l'arrivée du cyclone le plus violent à frapper l'Inde depuis des années, sont rentrées chez elles lundi, dans des villages en grande partie détruits, alors que l'Etat mettait en place une vaste opération de secours. Un million de personnes avaient été déplacées avant l'arrivée de Phailin samedi sur la côte orientale du pays, cyclone le plus puissant à atteindre l'Inde depuis 14 ans. La tempête a causé la mort d'au moins 18 personnes, un bilan limité vraisemblablement grâce aux évacuation de masse, le plus vaste mouvement de ce type en Inde suscité par un phénomène météo selon les autorités. Lundi, alors que les vents et les pluies s'étaient dissipés sur les Etats de l'Orissa et de l'Andhra Pradesh, les habitants rentraient chez eux, portant dans les bras enfants et balluchons. "J'avais tout laissé (derrière) et quand je suis revenu, il n'y avait plus rien", déclare Bhagwan, qui n'a qu'un nom et qui gagne sa vie en vendant des noix de coco. Son échoppe à Gopalpur (Orissa), ville traversée par l'oeil du cyclone, est entièrement détruite. Quelque 600.000 personnes en Orissa n'ont plus de logement, a indiqué à l'AFP Pradipta Kumar Mohapatra, chargé des opérations de secours dans cet Etat.Beaucoup sont des pêcheurs ou des fermiers, qui gagnent à peine de quoi vivre. "J'ai perdu ma maison, et ma petite boutique de barbier. J'ai tout perdu", déclare Janardan, 32 ans, en montrant le toit effondré de son logement.

Dix-sept personnes sont mortes en Orissa et une dans l'Andhra Pradesh, l'Etat plus au sud, tuées pour la plupart par des chutes de branches d'arbres ou l'effondrement de toits et de murs, ont précisé les autorités de l'Orissa. Le président du pays, Pranab Mukherjee, a exprimé dimanche soir sa tristesse mais a également félicité les secours pour la préparation entreprise avant l'arrivée de Phailin, qui a certainement limité le nombre de victimes. En 1999, un cyclone arrivé sur la côte indienne orientale avait causé la mort de plus de 8.000 personnes. Lundi matin, les secours dégageaient les routes, distribuaient des rations de nourriture aux personnes restées dans les refuges en raison de la destruction de leur logement, tandis que les autorités tentaient de rétablir l'électricité. L'agence de presse indienne Press Trust of India a raconté que 18 pêcheurs piégés à 4 km des côtes ont abandonné leur bateau à l'arrivée du cyclone samedi et sont parvenus à rejoindre la côte à la nage. Découverts dimanche sur le rivage, ils ont été transportés à l'hôpital de Paradip, une ville portuaire de l'Orissa.