Paris : une septuagénaire blessée à la tête à la sortie d'une synagogue : "Bien sûr que ça fait peur"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Une femme de 79 ans a été blessée à la tête par une boule de pétanque, mardi soir, dans le 11ème arrondissement de Paris. Elle sortait de la synagogue lorsqu'elle a reçu la boule en acier. Ses jours ne sont pas en danger.
REPORTAGE

Une femme de 79 ans a reçu une boule de pétanque sur la tête, à la sortie d'une synagogue du 11ème arrondissement parisien, mardi soir. Hospitalisée et rapidement opérée, ses jours ne sont pas en danger. Il s'agit de la deuxième agression visant cette communauté en deux jours.

Une importante blessure à la tête

Même si la vieille dame n'a pas perdu connaissance, elle présentait un enfoncement du crâne, un hématome et une plaie saignante. Évacuée à l'hôpital Lariboisière, elle a été opérée dans la soirée de mardi. Son état ne présente jeudi plus d'inquiétude. Selon une source policière citée par Le Point, la septuagénaire serait sortie de l'hôpital après d'importants examens neurologiques.

"Bien sûr que ça fait peur", témoigne une fidèle

Cette agression a ému les fidèles qui fréquentent cette synagogue. "On est dans un endroit ciblé donc c'était intentionnel", constate l'une d'elles, Simone, au micro d'Europe 1. "Bien sûr que ça fait peur. On est obligés de penser qu'on est la cible de la haine de quelqu'un. Ce n'est jamais facile à vivre. Mais je crois qu'il y a très peu de communautés qui n'en sont pas victimes", conclut-elle.

Une enquête ouverte

Depuis cette agression, deux policiers campent en permanence devant la synagogue installée dans une petite rue du 11ème arrondissement car cette communauté a déjà été frappée la veille. Un seau d'eau a été jeté sur des fidèles qui sortaient de cette même synagogue depuis les étages du bâtiment où elle se trouve. Selon le parquet de Paris, une enquête a été ouverte pour "violences avec arme ayant entraîné une ITT inférieure à 8 jours."

"Si pour l’heure, il n'y a pas de confirmation du mobile antisémite, les attaques visant les juifs, et plus particulièrement les femmes âgées de confession juive, dans cet arrondissement populaire de l’est parisien ravivent des souvenirs douloureux", a déclaré Sacha Ghozlan, président de l'UEJF (l'Union des étudiants juifs de France) dans un communiqué. "C’est pourquoi nous demandons aux enquêteurs de faire rapidement la lumière sur cette agression et en déterminer les causes et agir en conséquence."

Déjà un passif d'agression de femmes juives dans l'arrondissement

Ces agressions ravivent le souvenir du meurtre Mireille Knoll, une femme juive de 85 ans tuée de 11 coups de couteau et brûlée en 2018. Mais aussi de celui de Sarah Halimi, une sexagénaire également juive, rouée de coup par un voisin en 2017. Les deux femmes vivaient et ont été tuées dans le 11ème arrondissement de Paris.

Europe 1
Par Matthieu Bock, édité par Marthe Ronteix

Les + lus