Eure-et-Loir : un trafic d'armes et de drogue démantelé

, modifié à
  • A
  • A
(Photo d'illustration.)
(Photo d'illustration.) © DOMINICK REUTER / AFP
Partagez sur :
Les enquêteurs ont saisi des armes de guerre, des milliers de cartouches et de l'argent en espèces. Quatre personnes ont été interpellées. 

Quatre personnes ont été interpellées en Eure-et-Loir, dans l'Eure et les Yvelines et un important arsenal a été saisi dans le cadre d'une affaire de trafic d'armes et de stupéfiants. "Les suspects ont été mis en examen pour association de malfaiteurs, infraction à la législation sur les stupéfiants et sur les armes. Ils ont été écroués", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin.

Un important arsenal saisi. "Les enquêteurs ont saisi sept armes de guerre dont deux lances-roquettes M80 chargés et prêts à fonctionner, capables de détruire un char d'assaut, deux Kalachnikov, un fusil d'assaut espagnol, deux fusils mitrailleurs. Ils ont aussi trouvé dix armes de poing, vingt-deux armes longues dont sept fusils à pompe, 80 kg de munitions soit des dizaines de milliers de cartouches, et quatre brouilleurs de balises". Quatre véhicules de forte cylindrée ont aussi été saisis ainsi que 13.000 euros en espèces. Un cinquième suspect est recherché et devrait faire l'objet d'un mandat d'arrêt international.

Une centaine de policiers mobilisés. Une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet en novembre 2015 et confiée à la police judiciaire d'Orléans, à la suite de la découverte d'un garage situé à Lucé (Eure-et-Loir), dans la périphérie de Chartres, servant de cache à des trafiquants de drogue. "En décembre 2016, une information judiciaire a été ouverte contre X et confiée à un juge d'instruction", a précisé Rémi Coutin. Les enquêteurs ont notamment effectué des surveillances physiques et technologiques des suspects qui ont confirmé les premiers soupçons de trafic de stupéfiants et d'armes en bande organisée.

L'interpellation des individus, le 8 novembre, a nécessité l'intervention d'une centaine de policiers dont le GIR d'Orléans et de Dreux, les BRI d'Orléans et de Versailles, une trentaine de policiers du Raid, ainsi que des gendarmes.

Les + lus