Un homme et son agresseur blessés à Limoges

  • A
  • A
Partagez sur :

Un homme a été blessé par balle dimanche soir, et son agresseur blessé à son tour au couteau par des voisins, au cours de ce qui apparaît comme un règlement de comptes dans le quartier de Beaubreuil à Limoges, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.

Deux gardes à vue

L'agresseur et son frère étaient toujours gardés à vue lundi soir. Vers 19h20 dimanche, une voiture avec deux hommes à bord s'est arrêtée près d'un habitant du quartier âgé de 26 ans. Le passager, un autre habitant de ce quartier sensible, âgé de 31 ans, est sorti de l'habitacle, armé d'un fusil à canon scié avant d'ouvrir le feu sur le passant, tirant selon les premiers témoignages à deux reprises, a indiqué le procureur de la République Michel Garrandaux.

La victime a été atteinte à la jambe.Puis un important attroupement s'est formé et la foule a assené de violents coups au visage du tireur, le blessant également au couteau aux deux jambes. Le tireur a pu être soigné et remis à la police dans les heures qui ont suivi, et se trouvait toujours lundi soir en garde à vue, mais sa victime était toujours hospitalisée au CHU de Limoges, dans un état grave, et n'a donc pas pu être entendue par les enquêteurs.

Un différend ancien

Selon le parquet, et bien que les témoignages "ne soient pas tous concordants", il semble qu'un différend ancien, "datant d'au moins plusieurs mois, et dont la nature reste trouble", opposait "ces deux garçons par ailleurs très défavorablement connus de la police et de la justice".

Le tireur avait déjà commis des faits de violences avec arme, a-t-on ajouté.Le frère du tireur, âgé de 21 ans, a lui aussi été interpellé et entendu, les policiers trouvant une seconde arme à feu chez lui, selon le procureur."Les circonstances de cette double agression ainsi que les raisons exactes qui l'ont rendue possible sont encore très floues, c'est pourquoi nous nous acheminons vers des prolongations de garde à vue en début de soirée" a conclu Michel Garrandaux. La police est restée dans le quartier toute la nuit pour limiter les conséquences de ces agressions.