Toulouse - Havrin : une "union sacrée de la police" (E1)

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Jean-Pierre Havrin, adjoint au maire de Toulouse chargé de la sécurité et ancien policier, a affirmé mardi sur Europe 1 que l'enquête sur la tuerie de Toulouse était "difficile" parce que le tireur était "isolé".

" L'enquête est difficile à partir du moment où l’homme est isolé et que ses motivations ne sont pas évidentes. On essaye de le profiler, de voir vraiment ce qui le motive", a souligné Jean-Pierre Havrin sur Europe 1. "Bien que j'ai 35 ans de police dans les bottes, voir trois gamins de 3 ans, 6 ans et 8 ans au tapis avec une arme à feu devant l'école et dans l'école, c'est quelque chose qui sort de l'ordinaire", a ajouté l'adjoint au maire de la ville de Toulouse en précisant qu'il n'avait "jamais" vu cela.

"Je pense que c’est un individu qui a un problème psychiatrique certainement. Il semble être seul puisqu’il se trimballe à moto et qu'il n'a apparemment pas de complice. Il y a une union sacrée. Il n’y a pas un seul flic en France qui ne veut pas arrêter ce mec. Ils feront tout pour que cela ne se reproduise pas", a-t-il insisté.

Interrogé sur le plan vigipirate écarlate, l'élu a précisé la vie des Toulousains allait changer "pendant quelques temps". J'espère que tout le monde sera attentif. La police c'est une chose mais toute la population doit être déterminée. C’est un évènement qui nous renvoi tous à nos propres familles. C'est très difficile à vivre", a-t-il conclu.

>> EN DIRECT - Pour retrouver les dernières infos sur la fusillade de Toulouse, cliquez-ici