Blocage de la prison d'Aix-Lynes

  • A
  • A
Partagez sur :

Une trentaine d'agents ont bloqué jeudi matin le centre pénitentiaire d'Aix-Luynes, dans les Bouches-du-Rhône, pour protester contre une "gestion des ressources humaines désastreuse", dans le cadre d'un problème plus global de manque de personnel, a-t-on appris de source syndicale.

Le mouvement, entamé à 06H30, devait prendre fin en début d'après-midi, les syndicats étant reçus à 17 heures par le Garde des Sceaux, Michel Mercier, en visite à Marseille.
Les manifestants, réunis autour d'un feu de palettes, empêchent les intervenants extérieurs (à l'exception du service médical) d'entrer et bloquent les extractions et transferts, sauf cas particuliers, ont indiqué à l'AFP les délégués régionaux FO Fabrice Cros et Laurent Paquet.

Les parloirs sont en revanche assurés dans l'établissement, "prévu pour 600 détenus, mais qui en accueille 850". "Les agents sont à bout, pour certains en dernier recours c'est le psychiatre", selon M. Cros. "Sur un effectif de 170 personnes, on a un taux d'absentéisme de 41%", a précisé Laurent Paquet, réclamant le départ de la directrice adjointe, accusée d'opposer une attitude relevant plus de "la dictature que du dialogue". De manière plus générale, FO dénonce "des carences de personnel aggravées depuis 2001 et la réduction du temps de travail". "La proximité avec le détenu, il n'y en a plus, la sécurité, il n'y en a plus", déplore Laurent Paquet.

Signe de ce ras-le-bol, les personnels de la prison ont refusé spontanément de prendre leur service samedi dernier.
Plusieurs mouvements de protestation ont déjà eu lieu il y a quelques mois pour évoquer ces difficultés, suivis de réunions qui n'ont débouché sur aucune avancée, selon FO, déterminé à durcir le mouvement si la situation ne s'améliore pas.

Contactée par l'AFP, l'Administration pénitentiaire s'est refusée à tout commentaire.