Bayonne : un 8e cas d'euthanasie présumé

  • A
  • A
Partagez sur :

Nicolas Bonnemaison, l'urgentiste de Bayonne soupçonné d'avoir pratiqué des euthanasies sur plusieurs patients, est désormais soupçonné d'un huitième cas, a indiqué mercredi le procureur-adjoint de la République à Bayonne. "Il existe un nouveau cas" d'euthanasie active présumé "qui a fait l'objet d'un réquisitoire supplétif" de la part du parquet de Bayonne, a indiqué Marc Mariée lors d'un point de presse au tribunal de Bayonne, sans autres précisions.

Désormais, "il y a huit cas" présumés dans ce dossier : quatre avaient fait l'objet d'un réquisitoire introductif le 12 août tandis qu'un réquisitoire supplétif avait été pris le 5 septembre pour trois autres, a-t-il rappelé. La famille d'une patiente décédée en avril à l'hôpital de Bayonne s'est portée partie civile contre le Dr Nicolas Bonnemaison, une première dans ce dossier.

Le Dr Bonnemaison a été mis en examen le 12 août à Bayonne pour "empoisonnements sur personnes particulièrement vulnérables", dont il aurait abrégé la vie. Mi-septembre, la cour d'appel de Pau l'a laissé libre sous contrôle judiciaire, avec interdiction de pratiquer la médecine, de prendre contact avec des membres de son ancien service et de résider dans les Pyrénées-Atlantiques.