Roger Federer zappe l'Open d'Australie : il faut "se préparer" à sa retraite

  • A
  • A
2:47
© Europe 1
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Après deux opérations au genou, le Suisse Roger Federer, 39 ans, n'est pas encore prêt à revenir sur les courts. Il préfère renoncer à l'Open d'Australie, premier tournoi du grand chelem de l'année. Un signe de plus pour Virginie Phulpin que l'heure de la retraite approche pour l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du tennis.

C’est l’édito sport de Virginie Phulpin. Roger Federer ne participera pas à l’Open d’Australie de tennis, en février. Le joueur n’est pas encore prêt après ses deux opérations au genou. Les signes d’une retraite prochaine sont nombreux. Pour vous, imaginer Federer prendre sa retraite, c’est une petite mort pour lui, mais aussi pour nous.  

On sait qu’on doit s’y préparer. Roger Federer a 39 ans, et si son jeu est gravé pour toujours dans nos têtes et dans nos coeurs, on doit bien se rendre compte qu’il n’est pas éternel. Et c’est difficile à accepter. Alors on redoute l’annonce inéluctable de sa retraite à venir, et on cherche à se raccrocher aux branches. S’il renonce à l’Open d’Australie, ça veut dire qu’il veut se concentrer sur Wimbledon et les Jeux Olympiques. Donc c’est sûr, il reviendra.

Ça fait presqu’un an qu’on n’a pas vu Roger Federer sur un court, et lui a déjà évoqué la fin de sa carrière le plus calmement du monde. Mais non, on ne veut pas, nous ! On ne rêve que d’une chose : en profiter encore un peu. Quelques mois, quelques matches. Parce qu’il va laisser un grand vide derrière lui. Pour son jeu d’abord : son toucher de balle, sa classe absolue sur un court. Pour ses duels épiques avec Rafael Nadal et Novak Djokovic. Pour ces combats de titans pour le titre honorifique de meilleur joueur de l’histoire du tennis.

Mais si on redoute autant la retraite de Roger Federer, c’est aussi parce que c’est tout un pan de notre vie à laquelle il faudra dire au revoir. Le Suisse a gagné 20 titres du Grand Chelem depuis 2003. Ca fait 17 ans que sa raquette rythme une partie de nos existences. Le tennis sans Roger Federer, c’est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Et pour les autres, son départ, ce sera le signe d’une jeunesse qui s’évanouit et d’un présent qui devient passé. Pas simple.

Il va falloir profiter de sa présence jusqu’au bout.

En 2021, chaque match de Roger Federer pourra être le dernier, en fait. Le moindre de ses premiers tours va être un carton d’audience. On n’a pas envie de rater ça, l’adieu du roi. Bon courage à ses adversaires. Ceux qui vont entrer sur le court avec sur les épaules l’éventualité de devenir celui qui mettra Roger Federer à la retraite. On a forcément envie que ce soit un moment particulier, inoubliable.

Je me souviens de la retraite d’Andre Agassi. C’était à l’US Open en 2006. Le dernier joueur à l’avoir battu, c’est Benjamin Becker. Qui ? Ben oui, en gros, son seul fait d’armes, c’est d’avoir mis fin à la carrière de l’Américain. Alors on voudrait que ce soit un peu plus glamour pour Roger Federer, que ses adieux brillent autant que sa carrière, avec une ultime bataille contre Nadal ou Djokovic. Mais ce qu’il faudrait surtout, c’est que le public soit de retour. Roger Federer ne peut pas avoir une sortie à huis-clos. Il mérite une standing ovation. Mais pas tout de suite. Encore quelques mois, quelques matches, qu’on en profite.