Ligue des champions : "Neymar, c’est presque une faute professionnelle"

, modifié à
  • A
  • A
2:52
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce lundi, Virginie Phulpin revient évidemment sur la défaite du PSG face au Bayern de Munich en finale de la Ligue des champions ce dimanche soir.

Le PSG attendra pour remporter sa première Ligue des champions. Les Parisiens ont été battus un à zéro par le Bayern Munich en finale ce dimanche soir à Lisbonne. Pour Virginie Phulpin, ce sont d’abord les stars Neymar et Mbappé qui ont fait perdre le PSG.  

On pensait qu’ils seraient les sauveurs, qu’ils étaient taillés pour cette finale. C’était leur rendez-vous. Un rendez-vous raté dans les grandes largeurs. Pour Virginie Phulpin, ils sont les principaux acteurs de la défaite parisienne.

Neymar est complètement passé au travers de sa finale, Kylian Mbappé un peu moins, mais il n’a jamais trouvé de solution face à Manuel Neuer. Le gardien du Bayern va sûrement lui faire faire des cauchemars pendant un moment d’ailleurs. Il lui a mangé le cerveau jusqu’à le rendre totalement inoffensif. Parce que des occasions, il en a eues, Mbappé. Le PSG a su se les créer.

Découvrez le podcast "Associé n°1, la naissance d'un grand club à Paris" 

Saviez-vous que le Paris Saint-Germain a failli ne pas voir le jour ? Son éclosion, il y a 50 ans, tient même du miracle. Le club ne doit sa survie qu'à la volonté d'acier d'hommes passionnés.  Découvrez cette histoire dans "Associé n°1, la naissance d'un grand club à Paris", le nouveau podcast d’Europe 1 Studio, et remontez le temps, aux origines du PSG.

>>> Retrouvez les épisodes sur notre site Europe 1.fr et sur Apple podcastsSoundCloud ou vos plateformes d’écoute habituelles.

On ne va pas tout voir en noir d’un seul coup. Cette défaite n’est absolument pas honteuse. Les Parisiens ont regardé le Bayern Munich les yeux dans les yeux pendant la première mi-temps, et c’est déjà beaucoup. Mais normalement, des joueurs du niveau de Mbappé et Neymar, ils sont là pour avoir ce petit truc en plus qui fait basculer une rencontre. C’est pour ça qu’ils ont été recrutés à prix d’or. Pas pour gagner une coupe nationale. Le PSG n’a pas besoin d’eux pour ça. Et là, on a vu ces cracks se transformer en petits garçons effacés.

Virginie Phulpin comprend les larmes de Neymar à la fin. Il se rend forcément compte qu’un joueur de sa trempe ne peut pas rater une finale de Ligue des Champions comme ça. Pas lui ! Virginie Phulpin a presque envie de dire qu’il n’a pas le droit, c’est presque une faute professionnelle.  

C’est quand même surtout le Bayern Munich qui a rendu les stars parisiennes inoffensives.

Oui, évidemment, mais pas seulement. Oui le Bayern a l’habitude de ces rendez-vous, oui cette équipe a marché sur toute l’Europe cette saison, et oui, surtout, elle a une force collective impressionnante. Ce que Paris n’a pas eu ce dimanche soir. C’est rageant, parce que cette force collective, on l’a vue au PSG en demi-finale notamment. Kylian Mbappé et Neymar semblaient avoir compris que c’était ensemble, tous ensemble, qu’ils pouvaient gagner. Mais ce qui est possible contre Leipzig ne l’est pas contre un grand d’Europe.

Et ce dimanche soir en deuxième mi-temps, il n’y avait plus de collectif, plus d’organisation, les joueurs essayaient juste de trouver Neymar et Mbappé dès qu’ils réussissaient à avoir le ballon. Oui, sauf que les stars n’étaient pas plus là que l’esprit d’équipe. Donc la mission était impossible. À quoi ça sert d’avoir autant investi pour des joueurs de ce niveau si c’est pour voir leurs ombres en finale et se faire punir par un joueur formé au club ? Oui, le buteur Kingsley Coman a été formé à Paris, c’est souvent cruel l’ironie du sort.

On ne va pas tout jeter à la poubelle, loin de là. Le PSG a beaucoup appris à Lisbonne. Mais il y a encore des leçons à retenir. Même quand on s’appelle Neymar. Surtout quand on s’appelle Neymar. Etre fort avec les faibles et faible avec les forts, ça ne fait pas partie du contrat.