Leonardo dessine les contours du futur PSG

  • A
  • A
2:41
L'édito sport est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Leonardo a accordé une interview au Journal Du Dimanche hier. On ne l’avait pas entendu depuis le début de la crise sanitaire. Pour Virginie Phulpin, tout a changé dans le foot en quelques semaines, sauf le directeur sportif du PSG.

Leonardo use toujours de la même méthode.

Caresser dans le sens du poil pour mieux mordre juste après. La réponse à la première question est un modèle du genre. La décision d’arrêter la Ligue 1 a-t-elle été trop rapide ? "Je me garderai bien de porter un jugement sur ce qui a été décidé. Surtout que notre président a oeuvré dans l’intérêt du foot français et pas dans celui de notre seul club". Il se place au-dessus de la mêlée pour mieux reprocher aux autres leurs attitudes partisanes. Quand on est champion comme le PSG, c’est facile d’avoir l’air beau joueur. Et Leonardo n’oublie pas de remettre la Ligue des Champions dans le contexte de cet arrêt du championnat. Avant la crise, il rêvait que ses joueurs ne se fassent pas une montagne du graal européen, il est servi. Cet arrêt peut justifier toutes les défaites, et toute victoire n’en serait que plus exceptionnelle.

 

Leonardo entre aussi dans le concret, notamment sur l’effectif. Le PSG ne garde aucun joueur en fin de contrat, et va essayer de miser sur des jeunes. Mine de rien, dans ce contexte de crise, ça va faire des économies salariales substantielles. Thiago Silva, Edinson Cavani, ce sont de gros salaires qui s’en vont. Et quand il parle du recrutement, Leonardo explique que ça va être difficile, qu’il faudra être malin. On lui donnerait presque une petite pièce. Puis on se rappelle qu’il construit son équipe autour de Mbappé et de Neymar. On a connu des crises plus difficiles ! 

Il y a quand même un vrai problème, c’est que le PSG n’arrive pas à garder ses jeunes joueurs formés au club

 

C’est un problème pour tous les clubs. Ce qui est surprenant, c’est que ça arrive même au PSG. Le club forme des jeunes, leur donne leur chance, et pourtant, ils choisissent de partir. C’est le cas du défenseur Tanguy Kouassi. Il a 18 ans, il a joué 13 matches cette saison, ce qui est déjà beaucoup, et ça ne lui suffit pas. Il y a deux problèmes : est-ce que ces jeunes joueurs se rendent compte de la chance qui leur est offerte de s’aguerrir avec des internationaux à tous les postes ? Et puis surtout, il y a un problème de règlement. Il faudrait que les joueurs formés dans un club aient l’obligation d’y signer leur premier contrat. On ne peut qu’être d’accord avec Leonardo. Il faut réformer cette règle. Vous voyez, ça n’est pas que de la communication.

 

Donc il caresse dans le sens du poil, et à la fin il mord. C’est l’Olympique lyonnais qui en fait les frais. Lyon a approché plusieurs joueuses du PSG. Réponse de Leonardo : "si ce sont des manières de faire, alors on va s’y mettre aussi. Avec les filles comme avec les garçons". On dirait Cyrano de Bergerac. Et à la fin de l’envoi, il touche. Les joueurs n’ont plus qu’à être aussi affutés que leur directeur sportif dans leurs duels.