La musique est essentielle même dans les stades

  • A
  • A
3:08
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 6h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce lundi, au lendemain du décès du chanteur de l’hymne du club de football de Liverpool, Virginie Phulpin souhaite nous rappeler à quel point le sport vit et se nourrit de musique.

Gerry Marsden, le chanteur de l’hymne du club de football de Liverpool, le fameux "You’ll Never Walk Alone", est mort ce dimanche. À cette occasion, Virginie Phulpin voulait nous rappeler à quel point le sport vit et se nourrit de musique.  

Gerry Marsden chante "You’ll Never Walk Alone" au Celtic Park de Glasgow. On est en 2003, c’est un quart de finale de coupe d’Europe entre le Celtic Glasgow et Liverpool. Ces deux clubs-là ont en commun leur hymne, cette chanson interprétée en 1963 par Gerry and the Pacemakers, à la base un titre américain mais qui a conquis l’Europe en entrant dans les stades. Liverpool ne serait pas le même club sans son hymne, ces notes qui entretiennent sa légende et qui soudent les supporters. Toutes les équipes qui sont passées par Anfield Road, le stade de Liverpool, gardent en mémoire ces chants des tribunes. Virginie Phulpin avait envie d’en parler ce lundi matin sans doute parce que le public lui manque trop dans les stades et dans les salles de sport. Les chants, la clameur font partie intégrante du spectacle sportif. Et le sport a cette faculté de transformer des titres en hymnes planétaires. 

"Seven Nation Army" c’est encore un titre américain, des White Stripes, qui est devenu le standard absolu dans tous les stades. Et quand vous entendez ces notes, ça ravive forcément des souvenirs sportifs. C’est ça aussi le sport. Il parle à tous nos sens. On garde des images en mémoire, mais des sons aussi. Et c’est ce qui fait que la période actuelle ne peut pas nous offrir les mêmes émotions que. Et quand vous avez deux équipes nationales qui s’affrontent, c’est bien de voir les joueuses ou les joueurs chanter leur hymne, mais ça n’a quand même pas la même saveur que quand les enfants de la patrie sont aussi de la partie en tribunes. 

"La Marseillaise" entonnée par tout le stade de Wembley, à Londres, lors d’Angleterre France de football le 17 novembre 2015. Quatre jours après les attentats du 13 novembre, c’est la façon dont les supporters anglais ont rendu hommage à la France. Par la musique, par l’hymne national, dans un stade. La musique transcende nos émotions dans le sport, elle transcende aussi nos différences. Et aucune bande enregistrée ne remplacera jamais ça. Vivement que nos sportifs ne walk plus alone, ne marchent plus seuls.