Cluster au sein du XV de France : un coup d’épée dans le dos pour tout le sport français !

  • A
  • A
2:39
© Europe 1
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce mardi, Virginie Phulpin revient sur les conséquences du cluster au sein du XV de France concernant les attentes des autres sports de l'Hexagone en période de Covid-19.

Le rugby français est toujours empêtré dans son affaire de bulle sanitaire poreuse. Et pour Virginie Phulpin, c’est le sport français dans son ensemble qui paie les pots cassés de cette histoire.  

"Il y a des errements qui ont des conséquences en chaîne. Ce tournoi des Six Nations devait être une bouffée d’oxygène pour le sport français. Que le XV de France puisse participer à ce Tournoi, c’était un espoir formidable. On aurait brandi le succès de l’opération comme un étendard. Vous voyez, c’est possible de gérer une équipe et que tout se passe bien, même en temps de Covid-19. En fait, le rugby va juste réussir à l’étouffer un peu plus, ce secteur sportif.

C’est le XV de France qui va être le premier touché, bien sûr. Nos Bleus étaient en pleine reconquête : deux succès probants, une place de troisième nation mondiale et en route pour la Coupe du monde 2023 avec un alléchant France-Nouvelle-Zélande en ouverture. Un vrai boulevard vers le bonheur. Mais pour quelques gaufres romaines et plusieurs sorties de bulle à demi avouées, on met un coup de pied dans cet édifice en reconstruction. Les Britanniques commencent à demander un forfait des Bleus contre l’Ecosse en pointant du doigt la faute de Fabien Galthié, le sélectionneur sorti assister à un match de son fils en perçant la bulle. Vu les enjeux financiers, le forfait a peu de risques de se produire. Il y a une différence entre la morale et le principe de réalité économique. En attendant, l’image des Bleus se fripe. Sans parler de la cohésion de l’équipe. Touchée par la gestion de la bulle, coulée par la communication hasardeuse et agressive des responsables.

Et pour vous ça ne touche pas que le XV de France...

Cela met aussi certains clubs du Top 14 dans la difficulté. Ils font ce qu’ils peuvent pour respecter des protocoles sanitaires lourds. Et là, on leur renvoie des joueurs positifs au Covid et débrouillez-vous avec ça. Pas étonnant que ça passe mal.

Et puis au-delà du rugby, c’est un coup d’épée dans le dos de tout le sport français. Par exemple pour les sports de salle qui attendent désespérément une ouverture de la part du gouvernement. Et du sport amateur, à l’arrêt depuis des mois et en quête du moindre signe positif. Ça va être beaucoup plus compliqué de demander une reprise après un raté aussi monumental. Bien sûr, il y a des équipes qui savent rester dans leur bulle. Pour l’équipe de France de basket au Monténégro la semaine dernière, ça s’est très bien passé. Mais vous avouerez que le tournoi des Six Nations offre une caisse de résonance autrement plus importante.

La fédération de rugby doit remettre ce mardi soir au ministère l’enquête demandée. Dans quelle mesure ceux qui ont fauté ont-ils pu enquêter sur leurs propres fautes ? Je ne sais pas trop. Mais on ne peut qu’espérer un peu d’honnêteté. Sinon, le sport français risque de se gaufrer. Et ce sera plus salé que les pâtisseries romaines."