Xavier Bertand, la peur bleue d'Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2022

  • A
  • A
1:07
© Europe 1
Le fait politique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Avec Jean Castex à Matignon et Gérald Darmanin ministre de l'Intérieur, Emmanuel Macron cherche-t-il à couper l'herbe sous le pied de Xavier Bertrand, l'un de ses possibles rivaux pour la prochaine élection présidentielle ?

Emmanuel Macron, à la relance politique, cherche un second souffle à droite pour la dernière partie de son quinquennat. Aux postes-clés de son gouvernement, c'est-à-dire à Matignon et à l'Intérieur, il a placé deux gaullistes sociaux : Jean Castex et Gérald Darmanin. Les deux hommes ont un autre point commun : ce sont deux proches de Xavier Bertrand, un rival potentiel d'Emmanuel Macron pour la présidentielle.

Xavier Bertrand est l’obsession du président. Pour le chef de l’Etat, le patron de la région des Hauts-de-France est l'adversaire le plus gênant à droite pour 2022. Une stratégie qui fait sourire Xavier Bertrand lui-même, qui ironise en privé : "S'il croit me coincer en nommant Castex et Darmanin, deux amis, la ficelle est un peu grosse".

Et sa réponse est toute prête. Pour lui, pas question de se tromper de combat. Si Xavier Bertrand se réjouit de la promotion de son ancien directeur de cabinet Jean Castex et de celle de son poulain Gérald Darmanin, il ne les combat pas pour autant. C’est Emmanuel Macron qui reste sa cible et personne d'autres.

D’où les passes d’armes régulières et assumées entre le président des Hauts-de-France et Emmanuel Macron, comme il y a quelques semaines quand le président a rayé Xavier Bertrand de la liste des invités lors de la visite d'un équipementier automobile dans le Pas-de-Calais.

Avec Castex et Darmanin, Macron ne perd pas le nord. Il sait que l’électorat socialiste et écologiste l'a quitté alors il va chercher à siphonner les voix du centre-droit. Sa seule option n’est plus le dépassement des clivages mais l'effacement du en même temps.