La République en marche massivement piratée cet été

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Debout les copains !
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

La République en Marche a tout fait pour garder cette information confidentielle. Et pour cause. Le parti a été victime d'une cyber-attaque d'une très grande ampleur cet été.

Que s'est-il passé ?

Fin juin 2018, le prestataire qui recueille des données numériques sensibles pour le parti s'est fait hacker. Cette société espagnole, Typeform, spécialisée dans la rédaction de formulaires pour d'autres sociétés gère, entre autres, des collectes de dons. Les "Arsène Lupin" en ligne se sont glissés dans cet hangar virtuel. Butin ? 55.000 adresse d'adhérents La République en marche, dont de nombreux donateurs, ont disparu.

Mais le parti macroniste n'est pas la seule victime : ce prestataire conservait également les données de plusieurs partis politiques étrangers.

Du côté de la République en marche, il y a eu un mouvement de panique mais qui est resté en coulisses. Début juillet, Christophe Castaner a tout de même dû envoyer un mail aux victimes et déclarer ce vol à la Cnil. Dans ce mail, il promettait notamment de tout mettre en oeuvre pour que cette violation n'est pas de conséquences dommageables. Mais curieusement, le parti n'a pas encore porté plainte.

Tout cela rappelle les attaques subies par le candidat Macron pendant la campagne présidentielle ?

Des centaines de mails confidentiels avaient été mis sur le place publique. Cette fois, il s'agit de données personnelles de donateurs. Or, puisque que les failles de sécurité se multiplient et mettent en danger des données confidentielles, le nouveau règlement général sur la protection des données fait pression sur ceux qui les traitent avec des sanctions financières très lourdes en cas de défaillance.

La sécurité numérique devient désormais un enjeu politique.