Journée de tension en vue au sein de la majorité

  • A
  • A
1:20
Le fait politique est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Le texte sur la prolongation de l’état d’urgence est débattu à l’assemblée nationale dans un climat de tensions au sein de la majorité pour quelles raisons ? À cause de l’article 6 du projet de loi sur la prolongation de l état d urgence sanitaire, ce dernier prévoit d’organiser des brigades mobiles qui traceront les contacts des personnes contaminées par le covid 19.

Dans ce texte, il y a un point qui fâche plusieurs députés LREM : c’est la façon dont seront menées les enquêtes de ces brigades mobiles qui vont travailler à partir des dossiers médicaux. Dossiers qui seront ensuite centralisées sur un fichier informatique. Ces députés redoutent le flicage des Français et le viol du secret médical. Je vous rappelle que la  création de ces brigades va nécessiter l’embauche de milliers de personnes, des gens extérieurs au monde de la santé et qui en l’état, auront accès à des données sensibles sans y être habilités. La bataille va être rude aujourd’hui dans l'hémicycle, d’autant que l'ambiance est exécrable depuis plusieurs semaines, a cause des divergences de vues entre les macronistes de droite et les macronistes de gauche. Hier, la tension est montée d’un cran avec l’exclusion du groupe LReM de la députée Martine Wonner, une médecin, parce qu'elle avait voté contre le plan de déconfinement présenté par le gouvernement. À 4 jours du  déconfinement,  rien ne va plus en Macronie. Et le défi de l’après crise sera de pouvoir réinventer le en même temps.