Dossier Ascoval : le rapport de force entre Xavier Bertrand et Emmanuel Macron

  • A
  • A
2:22
Le fait politique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h30 - 9h
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

Le dossier Ascoval est entré dans une course contre la montre avec la décision du tribunal de grande instance d’accorder un délai de 15 jours Ce nouveau délai fait de l’avenir du site de production d’acier une question politique.
Mais pour quelles raisons ?

Parce que cette évolution s’inscrit dans le contexte d’une présence importante du président de la République sur les terres industrielles avec l’itinérance, cette longue visite présidentielle de plusieurs jours dans l’est et le nord du pays à partir du 4 novembre.
Emmanuel Macron veut manifester l’intérêt et l’attention de l’État aux régions touchées de pleins fouet par la première guerre mondiale, un prélude aux cérémonies du 11 novembre.

Pendant cette période et notamment le 8 novembre, Emmanuel Macron se trouvera dans la région des Hauts-de-France.
Coïncidence, on sera au lendemain de la décision définitive sur Ascoval.
On voit déjà le choix à faire ! Le président de la République, enfant des Hauts-de-France, se trouvant sur place alors qu’un site industriel vit des heures dramatiques. Pourrait-il rester sans s’y rendre ? Pour l’heure, ce n’est pas prévu.

Mais il y a cette confidence du président faite ces jours-ci, à plusieurs reprises, à ses interlocuteurs : "on va aller vers la gauche".
Alors tout est possible dans ce dossier porté à l’époque par un certain ministre de l’Économie qui s’appelait Emmanuel Macron.

Ce dossier est devenu un enjeu entre deux personnes, Xavier Bertrand et Emmanuel Macron.

Ils ont presque appris à apprécier leurs joutes et leurs jeux d’esquive ces deux-là.
Le président des Hauts-de-France a un temps pensé rejoindre l’équipe gouvernementale de Macron mais c’est loin et très vieux puisque c’était en 2017.
Désormais, le ton s’est durci avec le chef de l’État.
Xavier Bertrand reproche à Emmanuel Macron de n’écouter personne et accuse l’État d’avoir mis des bâtons dans les roues des repreneurs possibles d’Ascoval.
Il en veut pour preuve le vote de l’État, la semaine dernière au conseil d’administration de Vallourec, contre le projet du repreneur.

Aujourd’hui la solution est entre les mains du chef de l’État.
Va-t-il forcer Vallourec à acheter un certain tonnage d’acier par an pour maintenir le site ou laisser Vallourec prendre des décisions difficiles à l’avenir ? Réponse dans les prochains jours.

Au-delà de cette question, Xavier Bertrand interpelle régulièrement Macron. Recevoir le patron d’Apple c’est bien, mais pas au détriment d’une politique industriel, lui dit-il.

Cela fournit régulièrement l’occasion au président des Hauts-de-France d’être présent sur la scène nationale car il prépare un projet présidentiel. L’affrontement direct avec Emmanuel Macron c’est l’occasion de marquer sa différence avec les autres responsables de la droite.