Direction de la République en marche : qui fait la course en tête ?

, modifié à
  • A
  • A
1:42
Le fait politique est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

Le bureau exécutif de La République en marche s’est réuni pour valider les deux dossiers de candidature pour la direction du mouvement présidentiel, Stanislas Guerini et Joachim Son-Forget.
La désignation se fera le 1er décembre, l’occasion d’une bataille en coulisses entre les générations de marcheurs.

C’est toujours instructif de regarder de près le nouveau monde parque que l’on se dit souvent qu’il y a un air de déjà-vu.

Pierre Person, député LREM qui a dirigé les jeunes Marcheurs avec Macron, s’était porté candidat contre un autre marcheur historique Stanislas Guerini.
Sauf qu’au sommet du mouvement face aux jeunes Marcheurs, il y avait un groupe en embuscade qui se nomme malicieusement "Les vieux avec Macron". Ce mouvement est composé des routiers de la politique qui tiennent l’architecture de LREM: Bariza Khiari , Catherine Barbaroux , Philippe Grangeon , Stephane Travert. Bref, des experts en rapport de force dans les appareils politiques.
Ces barons flingeurs ont ciblé Person le jeune ambitieux qui se faisait acclamer dans les régions sur la promesse de changer de faire entrer une nouvelle génération de marcheurs en politique. Ils lui ont expliqué qu’il fallait qu’il passe son chemin, qu’il passe la main et qu’il arrête. C’est ainsi que la semaine dernière, au nom de l’unité du mouvement, Pierre Person a indiqué qu’il avait décidé de ne plus être candidat. En Français, ça veut dire qu’on lui a tout simplement demandé de ne plus être candidat et de dégager.

Sauf coup de théâtre, Stanislas Guerini (député de Paris et proche de Macron) devrait diriger La République en marche à partir du 1er décembre ? Est-ce que cela veut dire qu’il va devoir bâtir un nouveau parti ?

Effectivement car il faut dire les choses comme elles sont, chez les Marcheurs "ça ne marche pas". Entre association et ONG, on est très loin d’un parti avec une armée de militants qui doit gagner des élections avec des élus capables d’être candidats aux élections locales.
Ça sera le travail de Stéphane Travert avec la maison des élus, Emmanuel Macron lui a demandé de construire ce lieu de formation avec un objectif, devenir efficace et faire de LREM autre chose qu’un rassemblement de doux rêveurs.
Il est temps de reprendre une activité normale.