Déchets nucléaires : la question sensible de leur enfouissement

, modifié à
  • A
  • A
2:41
Le fait politique est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

C’est un volet très peu mis en avant par le gouvernement et pourtant, le stockage des déchets nucléaires est au cœur de la transition énergétique.
Quelle méthode et pour quel coût ? Le débat est très vif en coulisse. Michaël Darmon nous en livre quelques détails.

Il y a quelques jours, le pavé dans la mare est lancé par l’ancienne ministre, Chantal Jouanno, à la tête de la commission pour la débat public.
À propos du plan de gestion des déchets radioactifs, elle lance un avertissement au gouvernement. Le dossier est incomplet pour informer correctement les Français.

En fait , tout commence le 15 janvier 2016.
La ministre Ségolène Royal fixe le coût estimé pour stocker les déchets radioactifs de haute activité sur le long terme. Pour l’instant, ils sont stockés en surface en piscine, mais les piscines se remplissent.

La somme fixée est de 25 milliards d’euros.
Le problème est que l’agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs parle plutôt de 34,5 milliards, un chiffre néanmoins contesté par EDF.
Le chiffre officiel de 25 milliards concerne le site d’enfouissement à la centrale de Bure, c’est le projet de stockage en couche géologique profondes baptisé Cigeo.

Des députés LREM réclament une étude plus approfondie sur le coût et l’impact pour l’environnement.
Lors de la séance de nuit, un amendement de la députée en marche Émilie Carriou a été refusé par le gouvernement à cinq heures du matin ce mercredi, après des heures de séance. Le gouvernement ne bouge pas.

EDF évalue à 20 milliards le projet et des sources internes parlent d’un débat surréaliste au regard des vrais enjeux sur l’énergie .
Loin des projecteurs et des discours, c’est un dossier surveillé par le président de la République comme le lait sur le feu.

En effet, on est loin des débats qui interpellent l’opinion ces jours ci. Mais il s’agit d’une question de sûreté nucléaire et de sécurité nationale.

Un dossier politiquement radioactif.
Mardi, le conseiller énergie de l’Élysée a réuni un pool de députés experts sur les questions nucléaires pour un déjeuner de travail afin d’explorer les solutions.
Car c'est la grande question de notre époque : avec le nucléaire au cœur de notre source d’énergie, la question de la gestion des déchets est centrale. Faut-il attendre d’autres technologies ou débourser des milliards pour une fosse ?
Quelle est la meilleure méthode pour stocker en toute sûreté à proximité de lieux de vie et pour des milliers d’années des déchets hautement radioactifs ?
Autant de questions sans réponses…

Il est effectivement urgent que le gouvernement tranche et écoute aussi les députés et les experts pour trouver la meilleure méthode au meilleur coût. Sinon, le contribuable en subira la conséquence et dira "le supplément, c’est pour bibi !".