L’espace se réduit pour les passagers dans les avions

  • A
  • A
2:15
En attendant demain est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Les compagnie aériennes se tirent une fois de plus une balle dans le pied en réduisant encore l'espace dédié aux passagers dans les avions.

L’avion c’est l’ enfer

Toujours plus près de nos voisins de devant et de derrière mais pour s’asseoir, il vaut mieux avoir son brevet de contorsionniste.

Il y a de moins en moins de place pour les jambes ?

Ce n’est pas une illusion d’optique ! Alors que l’espèce humaine grandit, selon une étude de Flyers rights (un groupe américain de défense des usagers), les sièges rapetissent de quatre centimètres en moyenne en 10 ans. Surtout, l’espace entre les rangées se rétrécit à vue d’œil (moins 15 centimètres en 15 ans en moyenne). Aujourd’hui, vous avez entre 71 et 77 centimètres selon les compagnies pour déplier vos genoux contre 86 voire 89 centimètres dans les années 2000.
Cela permet donc aux compagnies de baisser les prix en rajoutant des sièges donc en entassant les passagers plutôt que d’augmenter la flotte. Au moment où de plus en plus de monde veut prendre l’avion, la classe éco n’a jamais aussi bien porté son surnom de bétaillère.

Ça risque d’être de pire en pire ?

Demain, c’est à se demander si on ne va pas réserver aux usagers le même sort qu’à nos valises "dis donc votre ado il pèse combien ? 85 kg ? Allez hop bonhomme en soute ! soute Aménagée bien sûr". Et on n’a encore rien vu ! Des compagnies aériennes ont bien l’intention de nous faire voler debout. Ryanair a déjà évoqué la question et une compagnie italienne a même fait fabriquer de drôles de sièges verticaux pour les vols courts. Il faudra quand même obtenir le feu vert des autorités de sûreté avant de transformer les 737 et A320 en rames de métro aux heures de pointes.

Ça ne fait plus très envie l’avion ?

Au moment où des campagnes comme "honte à l’avion" tentent de nous dégouter du transport aérien avec l’empreinte carbone, les compagnies se tirent une balle dans le pied. La prise de conscience pour la planète, la culpabilisation plus la facture salée de kiné qu’il faudra régler après chaque vol pour se remettre d’aplomb, tout ça peut déboucher sur un vrai boycott.
C’est tout bénef pour Greta Thunberg et ses bateaux !