Le business de la fête des pères, Philosophie magazine et les législatives

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Partagez sur :

Elisabeth Assayag, Nicolas Carreau et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

 

Elisabeth Assayag pour la consommation

La fête des pères aura lieu ce dimanche mais est-ce un business qui fonctionne aussi bien que celui des mamans ?

Non, parce que en France, la fête des pères a moins de succès commercial qu’une fête des mères. D’abord, elle vient après dans le calendrier donc on a déjà dépensé pour sa maman trois semaines plus tôt. Ensuite, c’est un rendez-vous que l’on n’oublie pas mais il n’y a pas toujours de cadeaux. Ça se résume souvent pas un coup de téléphone ou par un SMS. Le budget moyen est de 50 euros pour ceux qui comptent offrir un cadeau, d’après un sondage Toluna pour le magazine Lsa.

Quand on offre un cadeau à son papa on s’oriente vers quoi ?

Vers des cadeaux 100% masculins comme par exemple la petite marque Le slip français, qui vend des sous-vêtements masculins et qui se lance à fond dans le business de la fête des pères avec près de huit millions d’euros de chiffres d'affaire. La fête des pères représente pour cette marque de lingerie masculine près de 15% du chiffre d’affaire annuel.
Autre exemple, la marque de rasoir Bic qui a décidé de lancer une offre abonnement rasage. Ça inclut cinq lames et des recharges de lames qui sont expédiées tous les mois ou tous les deux mois, selon votre fréquence de rasage. C’est une offre qui coûte 90 euros pour les 12 Mois.
Le cadeau le plus en vogue cette année est typiquement masculin, il s’agit du drone. C’est ce petit jouet volant, très léger, qui n’est pas plus encombrant qu’un téléphone. Votre papa pourra s’en donner à cœur joie, le faire voler, prendre des photos ou des vidéos. Ça peut coûter très cher puisque les prix oscillent entre 40 euros et 1.500 euros, mais c’est certain vous allez faire un heureux si votre papa est féru de nouvelles technologies.

Que des cadeaux masculins, pas de parfum ni de fleurs ?

Ce sont surtout des cadeaux bien masculins.
Par exemple, les box de vins proposent des offres spécial fêtes des pères aussi comme le petit ballon.com. Chaque mois, deux bouteilles de vin sont livrées chez votre papa pendant trois, six ou 12 mois. Ça coûte 19,90 euros par mois.
Mais cette année la petite nouveauté, ce sont les fleurs qui font leur apparition dans les offres de cadeau. Aquarelle par exemple propose des bouquets spécial fête des pères: avec un bouquet en chocolat, des plantes comme des Bonsaï ou des oliviers garnis de macarons plutôt que des bouquets de roses.
Autre exemple, Interflora lance une collection spéciale fête des pères bouquet gourmand, festif romantique ou trendy. Et même si à l’origine les fleurs c’est pour les mamans, les commandes ont déjà doublé cette année pour les papas par rapport à l’an dernier.

 

Nicolas Carreau pour le Livre du jour

Comme tous les vendredis, ce n’est pas un livre, mais une revue. Et aujourd’hui, un peu de philo.

Les lycéens auraient été bien inspirés de se procurer le numéro de juin de Philosophie magazine. Cette revue vous donne l’impression d’être plus intelligent que vous ne l’êtes. Et d’ailleurs, on est sans doute un peu plus intelligent quand on l’a lue.

Et ce mois-ci, quelle est la thématique ?

Quelle part d’enfance gardons-nous ? Et surtout : que vivons-nous de si intense pendant l’enfance pour que, malgré la distance, l’oubli et le refoulement, nous puissions y trouver enfouie une part indestructible de notre être ? Pour le meilleur ou pour le pire d’ailleurs. L’enfance n’est pas vue de la même manière en fonction des sociétés. En occident, par exemple, l’enfance a longtemps été perçue comme négative. Mais en même temps, le christianisme fait de la naissance d’un enfant un événement central. Donc plutôt positif. Le Philosophe Pascal parle de la sagesse de l’enfant. Le grand psychanalyste Jean-Bertrand Pontalis est cité aussi. Ecoutez bien ce qu’il dit à propos de l’enfance. "C’était le temps où, le plus souvent silencieux, nous ressentions, observions sans l’écran du savoir et des mots, où tous nos sens étaient en éveil, où nous inventions le monde". Et puis, il y a aussi un atelier philo, organisé avec des enfants. C’est quoi un enfant ? Eh ben, il fallait quand même leur poser directement la question !

Quoi d’autres dans Philomag ?

Un dossier sur Macron notamment et puis les rubriques habituelles. Celle de François Morel notamment qui s’interroge sur la citation de Socrate : "Ce que je sais, c’est que je ne sais rien". Je ne vais pas vous raconter la chronique de Morel mais pour servir son propos, il cite Gabin, Jean Gabin : "Le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau. J’peux pas mieux dire, il fait très beau". Extrait de la chanson "Maintenant je sais".

Et une bonne manière de commencer la journée en méditant cette phrase. "Le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau".

 

Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

À la Une, les législatives.

Avec cette question avant le second tour dimanche : "combien de marcheurs à l'Assemblée ?" se demandent les Dernières Nouvelles d'Alsace. "C'est l'heure de vérité" écrit le Progrès.
Et dans cette dernière ligne droite, les membres du gouvernement s'engagent au côté des candidats de la République en Marche. Édouard Philippe sera cet après-midi à Besançon rappelle l'Est Républicain après avoir été en Occitanie hier, dans le Gard et les Pyrénées Orientales. Midi Libre y revient longuement ce matin.
Mais au-delà des considérations politiques, le Journal du Centre s'intéresse aussi à des questions plus logistiques, ou comment inciter les seniors à voter. À l'heure de l'abstention galopante, les Ehpad s'organisent. Services de transport organisés avec la mairie de Nevers ou procurations, tout doit être anticipé et notamment l’envie de ces aînés qui bien souvent suivent moins la politique. "Il faut souvent les motiver" confie ainsi le directeur d'une maison de retraite.

La personnalité du jour va vivre une expérience unique en France.

Un mariage de nuit, ce sera ce soir pour Frédéric et Camille. Le couple de trentenaire s'est rencontré il y a 14 ans sur un terrain de foot. "je me suis pris un ballon en pleine tête" raconte la trentenaire à Presse Océan. "Et c'est moi qui avais shooté" ajoute son compagnon. Un couple qui au départ parle du mariage comme d'une blague.

 

Les émissions précédentes